Entretien NEA Jazz Masters

Le musicien de jazz et saxophoniste David Liebman nous donne son avis sur l'amélioration de la qualité audio de la musique

Le célèbre saxophoniste David Liebman est l'un des plus grands musiciens de jazz au monde. La carrière de Liebman s'étend sur près de cinquante ans. Il a joué avec les plus grands, notamment Miles Davis, Elvin Jones et John McLaughlin. Lisez la suite pour en savoir plus sur la façon dont il est tombé amoureux du saxophone, sur son parcours comme musicien de jazz et sur ce qu'il pense de l'impact de la Hi-Res Audio sur l'industrie musicale.

Q : Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire carrière dans la musique ?

David Liebman : Je n'avais pas exactement prévu de faire carrière dans la musique. Je suis en quelque sorte tombé dedans. J'ai eu de la chance, j'ai fait des concerts assez importants très tôt. Je suis toujours étonné d'arriver à gagner ma vie en faisant l'une des choses que j'aime le plus dans la vie.

Q : Pour quelles raisons avez-vous choisi le saxophone ?

David Liebman : J'ai été inspiré par les débuts du rock and roll dans les années 1950. A cette époque, le saxophone était le principal instrument solo, jusqu'à ce que la guitare prenne sa place dans les années 1960, grâce aux Beatles. J'adorais le son du saxophone. J'avais huit ou neuf ans lorsque j'ai demandé à mes parents d'apprendre à jouer du saxophone. Ils m'ont dit que je devais apprendre le piano pendant au moins deux ans avant d'essayer quoi que ce soit d'autre. Enfin, vers 12 ans, j'ai commencé la clarinette, et après un an, je suis passé au ténor. Je ne suis peut-être pas objectif, mais je pense que c'est le meilleur instrument qui soit. Et il ne fait aucun doute que le saxophone a joué un rôle essentiel dans l'évolution de la scène jazz américaine.

Q : Quels sont vos meilleurs souvenirs musicaux ?

David Liebman : Certains de mes meilleurs souvenirs d'enfance se sont déroulés au lycée Lafayette à Brooklyn, dans la ville de New York. Mon lycée comptait environ 6000 étudiants avec un programme musical très développé. Nous organisions de gigantesques spectacles pour lesquels nous réécrivions les paroles des célèbres productions de Broadway telles que « West Side story » ou « South Pacific ». J'étais chargé du groupe et musicien principal de ma classe, ce qui m'a permis de vivre plusieurs expériences enrichissantes. A cette époque, il ne s'agissait pas d'être le plus grand musicien du monde, mais simplement de s'efforcer de devenir meilleur.

Mais le véritable tournant dans ma vie a été lorsque j'ai vu John Coltrane sur scène dans un club de jazz, le Birdland à New York en 1962. Je ne le savais pas l'époque, mais l'entendre jouer ce soir-là, et bien d'autres fois ensuite jusqu'à sa disparition en 1967, est vraiment à ce qui m'a donné envie de me consacrer sérieusement à la musique. John Coltrane est la personne qui m'a donné envie de devenir saxophoniste.

Q : Comment décririez-vous votre style musical ?

David Liebman : Ce qu'il faut savoir à propos du monde du jazz, c'est qu'il accorde beaucoup d'importance à l'individualité. Vous savez que vous avez réussi lorsque les gens sont capables de reconnaître votre signature musicale après quelques notes. Le son de votre instrument est un prolongement de ce que vous êtes. C'est le prolongement de votre voix.

Mes influences musicales sont assez éclectiques. Ce n'est que dans les années 1960 que tous les styles et genres de musiques sont devenus accessibles pour le public. Avant cela, si vous vouliez écouter de la musique du Ghana ou d'Argentine, vous deviez vraiment fouiller pour la trouver. Mes amis et moi nous rassemblions pour écouter Jimi Hendrix, Rravi Shankar et John Coltrane, puis quatre heures plus tard nous écoutions tout autre chose. Nous avons été l'une des premières générations qui a mélangé et associé différents types de musique. C'est comme ça que je décrirais ma musique, une fusion de différents styles et influences avec ma petite touche personnelle.

Q : Quel a été le moment décisif de votre carrière ?

David Liebman : l'histoire de notre secteur est basée sur le mentorat. La première étape consiste à se faire embaucher par un musicien de jazz célèbre pour faire partie d'un groupe, et d'accumuler de l'expérience sur scène. Dans mon cas, j'ai eu la chance de pouvoir travailler avec Elvin Jones et Miles Davis. Bien entendu, cela a été un moment important, car une fois que vous avez joué avec Miles Davis, vous pouvez considérer que vous êtes en haut de la chaîne alimentaire.

Q : Quelles sont les titres que vous préférez jouer ?

David Liebman : Si je devais choisir trois chansons de jazz classiques, ce serait « Footprints » de Wayne Shorter, « All Blues » de Miles Davis et « India » de John Coltrane.

Q : Qu'aimez-vous écouter pendant votre temps libre ?

David Liebman : Je n'ai pas beaucoup de temps libre, mais, lorsque c'est le cas, je choisis généralement un CD parmi les plusieurs centaines que mes étudiants m'envoient. J'enseigne depuis plusieurs dizaines d'années maintenant, et c'est très important pour moi. Mes élèves ont généralement un très haut niveau (semi-professionnels ou sur le point de devenir professionnels), et ils sont toujours en demande de mon avis.

Q : Que pensez-vous de la Hi-Res Audio ?

David Liebman : De nos jours, la plupart des gens écoutent uniquement de la musique dans des oreillettes, ce qui est dommage quand on pense au temps et à l'argent consacrés au processus d'enregistrement. Cela m'attriste de penser que certains auditeurs ont grandi sans jamais s'être assis devant des enceintes de qualité. Il est temps d'améliorer à nouveau la qualité audio de la musique. La seule façon d'entendre la gamme dynamique complète d'un violon ou d'un saxophone est de l'écouter en Hi-Res Audio.

Je pense qu'il est formidable que Sony mette la barre encore plus haut en termes de qualité audio standard. Nous vivons une époque où la musique et l'art ne sont jamais considérés comme un plat principal. Ils semblent être considérés comme un hors-d'œuvre ou un digestif, mais ils ont du mal à trouver une place à table devant les autres plats. Je suis heureux que Sony montre l'exemple pour redonner vie à la musique.

Nouveaux articles Musique & quotidien

Musique vivante : tendances et infos pour mélomanes et audiophiles.