Alpha Universe : détails de l’histoire
Alpha Universe : détails de l’histoire
A Story From the Edge of the World 

Maciek Jabłoński 

« L’Antarctique est un tout autre monde », explique le réalisateur Maciek Jabłoński, avec toute l’admiration que peut susciter cette étendue encore sauvage auprès de ceux qui ont eu la chance de l’admirer de leurs propres yeux.

« Même après plus de 100 ans d’exploration, et en étant équipé de toutes les technologies modernes de navigation et de sécurité », cet environnement reste rude et dangereux. Ces dangers, mêlés à la beauté de l’océan Austral, se retrouvent avec un réalisme incroyable dans son premier long métrage documentaire intitulé Selma – An Adventure from the Edge of the World. Le film raconte l’histoire du voilier polonais S/Y Selma Expedition et de ses 11 membres d’équipage lors de leur expédition en mer de Ross, les eaux les plus froides et les plus méridionales au monde.

maciek jablonski sony alpha 7M3 marin bataillant à la barre durant une tempête

© Maciek Jabłoński | Sony α7 III + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/100s @ f/11, ISO 800

Monté à partir d’images à la fois tournées lors de son expédition en mer de Ross et de scènes capturées lors de « nombreuses autres expéditions dans cette région de l’Antarctique », Maciek a réalisé un film montrant non seulement ce que l’équipage a accompli, mais aussi la force de caractère nécessaire pour naviguer dans des eaux aussi fascinantes que dangereuses. « Je ne faisais pas partie de l’équipage ; je ne connaissais pas l’équipe à l’époque. Mais, un ami m’a parlé de cette expédition en mer de Ross et j’ai fini par intégrer la dernière croisière du Selma organisée au début du printemps. En tant que réalisateur et directeur de la photographie, mon objectif était de présenter cette histoire à l’écran. »

maciek jablonski sony alpha 7M3 marin allongé avec un œil sur une carte

© Maciek Jabłoński | Sony α7 III | 1/40s, ISO 800

Filmer à bord du Selma a été, comme vous devez vous en douter, une expérience parfois délicate, d’autant plus que Maciek faisait partie intégrante de l’équipage et qu’il devait s’acquitter des « mêmes tâches que tous les autres à bord, y compris la cuisine ou le pilotage. » Afin de combiner les scènes d’archives à ses propres images, Maciek avait des exigences particulièrement élevées, et avoir en permanence ses appareils à portée de main lui était essentiel pour pouvoir saisir chaque opportunité. « J’ai dormi, j’ai veillé, je suis même allé aux toilettes avec mon appareil photo », rit-il.

maciek jablonski sony alpha 7M3 montagnes gelées en antarctique au crépuscule

© Maciek Jabłoński | Sony α7 III | 1/60s, ISO 800

Avec des limites strictes sur la quantité de bagages que les membres d’équipage pouvaient emporter à bord, il était essentiel de disposer d’un matériel à la fois petit, léger et performant.

« La quasi-totalité du film a été tournée avec du matériel Sony lors de l’expédition en mer de Ross de 2015 », explique Maciek. « La plupart des images ont été prises avec le PXW-X70 qui offre un excellent rapport qualité / mobilité. Pour mon voyage, j’ai principalement utilisé les boîtiers Alpha 7 III et Alpha 7R III. J’avais besoin d’appareils capables de filmer et de prendre des photos avec une qualité cinéma, et la gamme Alpha 7 de Sony est la seule dont le matériel plein format offre ces caractéristiques. J’ai également utilisé un FS5 qui s’est surtout avéré utile pour les prises de vue à terre. J’adore la taille compacte de ce modèle, mais les appareils Alpha 7 sont ceux qui sont au cœur du projet. »

maciek jablonski sony alpha 7M3 vagues s’écrasant sur la coque d’un navire en pleine tempête

© Maciek Jabłoński | Sony α7 III | 1/6400s, ISO 800

En plus des avantages offerts par un « capteur plein format placé dans un boîtier petit et compact », les images de Maciek ont fortement reposé sur la stabilisation intégrée de l’image de ses appareils photo Alpha, puisqu’« aucun stabilisateur externe n’a été utilisé pour les prises de vue. J’avais également la possibilité de filmer au format S-Log pour obtenir une meilleure qualité, mais aussi de configurer l’appareil sur le mode 50p/100p, de sorte à pouvoir modifier la fréquence d’images assez librement en post-production. Ces appareils offrent également une excellente autonomie de batterie, un design solide et étanche, et ils peuvent filmer dans des conditions de très faible luminosité sans presque aucune perte de qualité ; des caractéristiques essentielles pour ce voyage ambitieux. »

Devant filmer à terre, à bord du Selma, mais aussi du haut de son mât, la flexibilité des appareils photo Alpha s’est avérée idéale pour Maciek. « Je sais à présent que même si j’avais emporté un plus gros appareil, je n’aurais pas pu l’utiliser », explique-t-il. « Croyez-moi, lorsque vous êtes au bout du monde et que l’eau glacée envahit le pont, ce n’est certainement pas vers la manipulation d’un gros appareil photo que votre attention se tourne en premier. Le plus compliqué pour ce tournage a été de gérer mes propres faiblesses, comme le mal de mer, et de m’obliger à travailler et à me concentrer sur l’image. C’était parfois très difficile. »

maciek jablonski sony alpha 7M3 marin s’agrippant à la barre d’un navire

© Maciek Jabłoński | Sony α7 III + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/100s @ f/8,0, ISO 800

De l’une des tempêtes les plus harassantes filmée dans le passage de Drake alors que l’équipage bataillait contre d’énormes vagues, au calme magnifique, mais impitoyable de la scintillante barrière Ross, Selma « est assurément un film qui a été réalisé dans les conditions les plus extrêmes », déclare Maciek. « Il s’agit aussi de ma première rencontre avec l’Antarctique. Si mon matériel ne m’avait pas permis de faire de ce film une réalité, je n’y serais probablement jamais allé. Avec les systèmes de navigation modernes et les bateaux bien équipés dont nous disposons, explorer l’Antarctique devrait aujourd’hui être plus facile. Mais, tout ne se réduit pas à une question de progrès technologiques. Le maillon le plus fort, qui reste également le plus faible, a toujours été l’homme. Et comme le dit l’un des membres d’équipage à la fin du film, les expéditions en mer de Ross prouvent que si vous voulez vraiment quelque chose, vous pouvez l’atteindre, qui que vous soyez. »

Produits présentés
ILCE-7M3
α7 III avec capteur d'image plein format 35 mm

ILCE-7M3

PXW-FS5
FS5

PXW-FS5

PXW-X70
PXW-X70

PXW-X70

SEL1635Z
Vario-Tessar® T* FE 16-35 mm F4 ZA OSS

SEL1635Z

Articles connexes


x