Définir soi-même les limites

Marek Arcimowicz

« Le surnom de ‘photographe de l’extrême’ n’est pas l’une de mes inventions, » plaisante Marek Arcimowicz, « il s’est juste imposé à moi. Il vient du directeur marketing d’Alpinus, une marque de vêtements techniques pour laquelle j’avais l’habitude de travailler, et c’est resté. »

Cette description a subsisté car elle colle parfaitement au travail de Marek qui a affronté la plupart, voire tous les environnements les plus hostiles de la planète.

« J’ai commencé à prendre des photos dans des environnements et des conditions que beaucoup d’autres ne pouvaient ou ne voulaient pas supporter, » explique-t-il. « Comme lorsque j’ai photographié le désert de Gobi en hiver, sous -20 degrés. Ce sont des conditions aussi rudes pour vous que pour votre matériel. »

marek arcimowicz sony alpha 6500 chevaux au loin traversant le désert dans un îlot de lumière

© Marek Arcimowicz | Sony α6500 + 70-200mm f/4 | 1/800s @ f/11, ISO 400

C’est dans ces environnements capricieux qu’il a découvert les sujets les plus fascinants. « C’est en repoussant les limites que l’on trouve les choses les plus captivantes, » explique-t-il, « la demi-mesure n’est pas si excitante. Si vous souhaitez émouvoir, vous devez photographier des choses qui vous passionnent et qui vous touchent au plus profond de vous-même. »

marek arcimowicz sony alpha 6500 campement dans les contreforts d’une montagne

© Marek Arcimowicz | Sony α6500 + 18-55mm f/3.5-5.6 | 1/200s @ f/13, ISO 800

C’est au Venezuela, lors d’une expédition visant à gravir le Tramen Tepui, un sommet encore invaincu et situé en pleine jungle, qu’il a fait face à son plus grand défi. « Il s’agissait d’une montagne, » explique Marek, « qui n’était pas recensée sur les cartes ; même la NASA n’était pas parvenue à la photographier depuis l’espace en raison de l’importante masse nuageuse et de l’humidité. Cela vous donne un aperçu de la rudesse des conditions. Mais ça en valait vraiment la peine, puisque nous avons gravi le sommet, aidé à sa cartographie et découvert trois nouvelles espèces de papillons et une espèce de grenouille sur le chemin. Les endroits comme celui-ci sont rares, » poursuit-il, « c’est ce qui le rend si appréciable. »

La taille et la qualité des appareils Sony qu’il utilise aujourd’hui relevaient du fantasme à l’époque où il a fait ses débuts, explique Marek. Lui, qui a déjà gravi l’Ama Dablam, dans l’Himalaya, avec un appareil 6x7, des objectifs et un trépied ne pesant pas moins de 15 kg au total. Il explique que son α7R II, « a été une révélation. Il m’offre une qualité semblable, voire supérieure à celle d’un 6x7, pour seulement 2 kg. »

marek arcimowicz sony alpha 7RII campement de montagne par une nuit étoilée

© Marek Arcimowicz | Sony α7R II + 16-35mm f/4 | 25s @ f/4.5, ISO 12,800

Préparer intelligemment son matériel d’expédition est essentiel pour Marek, puisqu’une grande partie du périple sera ponctuée de randonnée et d’escalade, et qu’il est hors de question que la fatigue vienne entraver les photos ou mettre en péril la sécurité des participants.

C’est un équilibre, explique-t-il, qui implique de connaître votre corps : « J’étais beaucoup plus en forme à l’époque et emporter un sac de 20 kg n’était pas vraiment un souci. Désormais, j’approche la cinquantaine et n’ai plus la même énergie, mais à la place j’ai des appareils et des objectifs parfaitement adaptés : robustes, résistants aux intempéries et légers. J’en ai assez avec un boîtier Alpha et deux ou trois objectifs. »

marek arcimowicz sony alpha 7RII lac de montagne gelé

© Marek Arcimowicz | Sony α7R II + 16-35mm f/4 | 1/1250s @ f/10, ISO 400

« La qualité des derniers capteurs Sony est incroyable, et la vitesse et la précision de la mise au point automatique relèvent encore le niveau. Mais ce qui m’importe véritablement, c’est le système dans son ensemble ; les α7R II et III exploitent pleinement le potentiel des objectifs supérieurs. »

Il associe généralement à ses α7R II et α6500 « le FE 16-35mm f/4 ZA, le FE 70-200mm f/4 G, ou encore le FE 35mm f/1.4 ZA, ou 55mm f/1.8 ZA. Lorsque je souhaite passer inaperçu en ne changeant pas d’objectif, je privilégie le 35mm, voire le 50mm, si je travaille sur des portraits. »

marek arcimowicz sony alpha 6500 paysage d’un lac avec des montagnes recouvertes de neige au loin

© Marek Arcimowicz | Sony α6500 + 70-200mm f/4 | 1/160s @ f/11, ISO 250

Le frisson que véhiculent les images extrêmes et de voyage de Marek tire son origine des restrictions auxquelles il a dû faire face pendant son enfance passée derrière le rideau de fer, en Pologne. « Mettre le nez dehors était quasiment chose impossible, alors je me suis mis à rêver d’aventures, de montagnes, des pôles et des déserts comme le Sahara, le Kalahari ou le désert de Gobi... Et lorsque tout ça est enfin devenu possible, à mes 18 ou 19 ans, je n’ai pu faire autrement que d’entamer mon périple. J’ai commencé par la France, puis l’Espagne, le Maroc, la Chine, le Tibet... À l’heure actuelle, cela paraît assez banal, mais avant l’apparition d’Internet pour vous aider à planifier votre voyage, c’était comme s’en remettre à la seule aiguille d’une boussole. L’aventure avec un grand A. »

marek arcimowicz sony alpha 7RII jeunes enfants au visage recouvert de peintures à la boue

© Marek Arcimowicz | Sony α7R II + 55mm f/1.8 | 1/200s @ f/6.3, ISO 800

La photographie s’étant largement démocratisée, Marek cherche encore et toujours à repousser les limites, à vivre un autre frisson. « Je pense, » explique-t-il, « que ce que j’ai pu faire autrefois n’est plus si intéressant. Aujourd’hui, les caméras d’action vous permettent d’obtenir de superbes images alors que vous faites du snowboard, du surf, du ski, un saut en parachute. Je n’aime pas me fondre dans la masse et c’est pourquoi mes histoires sont le plus souvent axées sur l’intérêt humain ; l’écologie, les sociétés en mutation. Votre travail doit vous faire vibrer en tant qu’artiste. C’est la direction que j’ai prise ces cinq dernières années, prenant des clichés parfois ‘pénibles’ sur l’esclavage, la maltraitance, la faim et toutes ces choses auxquelles nous devons faire face. C’est de l’extrême d’un autre genre. »

Produits présentés dans cet article

ILCE-6500

Appareil photo APS-C de type E haut de gamme α6500

ILCE-7RM2

α7R II avec capteur d'image plein format rétroéclairé

ILCE-7RM3

Vario-Tessar® T* FE 16-35 mm F4 ZA OSS

SEL70200G

FE 70-200 mm F4 G OSS

SEL55F18Z

Sonnar T* FE 55 mm F1.8 ZA

SEL1855

Stabilisateur optique SteadyShot E 18-55 mm F3,5-5,6

Marek Arcimowicz
Alpha Universe

Marek Arcimowicz

Pologne

« Le bon voyageur n’a pas d’itinéraire et n’a pas l’intention d’arriver » - 老子 Lǎozi (Lao Tseu, VIe, Ve siècle av. J.-C.)

Découvrir le profil


x