reflet d’un bâtiment moderne dans une paroi vitrée

Lieux d’inspiration

Massimo Siragusa

« Je vois les espaces qui nous entourent comme une sorte de scène », nous explique le photographe professionnel Massimo Siragusa. « De nos interactions avec ce décor naissent des connexions. Ces liens diffèrent d’un individu à l’autre, tandis que chacun de nous voit les bâtiments et les lieux à sa manière. Pourtant, le lien créé reste bilatéral. D’un côté, ces espaces rythment nos vies, et de l’autre, nous sommes ceux qui les pensons et les modifions. Ma photographie tente d’identifier et de comprendre cette relation. »

Pour ce projet, Massimo à immortalisé le campus de l’université Bocconi de Milan à l’aide de son fidèle Sony Alpha 7R IV. « Cette mission de la maison d’édition Rizzoli International consistait à créer un livre dépeignant l’identité du lieu et son lien avec Milan », nous explique-t-il. « J’y ai consacré plus de deux semaines sur la période de juin à septembre, un temps nécessaire, qui m’a aidé à tisser ma propre relation avec le site. »

bâtiment moderne en briques rouges et sculpture au premier plan

© Massimo Siragusa | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 1/125s @ f/22, ISO 500

Photographier cet étonnant mélange de styles architecturaux datant de 1902 a laissé le temps à Massimo de « s’imprégner de son “genius loci”, son atmosphère dominante », explique-t-il. « Il arrive qu’on la perçoive immédiatement, mais dans ce lieu-ci, j’ai découvert de nouveaux aspects à chaque nouvelle visite. Bien évidemment, les lieux changent, mais c’est aussi le cas de notre point de vue qui modifie à son tour notre vision en fonction de la lumière, de notre humeur ou même de la période de notre existence. »

L’une des photos de Massimo, prise à l’extérieur d’un amphithéâtre du campus à l’approche du coucher du soleil, illustre parfaitement cette notion de lumière changeante. « Il était important que je mette en valeur les trésors artistiques de l’extérieur », explique-t-il, « mais je souhaitais également mettre la structure de la bâtisse à l’honneur. J’ai donc choisi de travailler au crépuscule de manière à créer un contraste entre les lampes du bâtiment et la lumière naturelle déclinante. J’aime cette approche qui consiste à n’utiliser que ce qui se trouve dans la scène pour en conserver l’authenticité, sans y ajouter de flash ou de lumières LED. »

grand écriteau en 3d vu dans une fenêtre

© Massimo Siragusa | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 1/15s @ f/16, ISO 2500

Pour ce faire, Massimo peut compter sur la formidable plage dynamique du capteur de son Sony Alpha. « Je travaille avec le Sony Alpha 7R IV », explique-t-il, « et qu’il s’agisse de photographier un intérieur depuis l’extérieur ou l’inverse, l’une de mes tâches principales consiste à équilibrer ombres intenses et hautes lumières. Une zone ne peut dominer la seconde. Cela donnerait un rendu irréaliste laissant se dissiper tout le charme de l’espace. Heureusement, l’importante plage dynamique des images Sony rend les choses bien plus faciles, même avec de forts contrastes. »

bâtiment moderne incurvé vu à travers une fenêtre

© Massimo Siragusa | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 1/80s @ f/16, ISO 400

En mode priorité à l’ouverture et avec la mesure Multi la plus large, « je trouve les résultats très équilibrés, même dans des conditions lumineuses difficiles », poursuit-il. « Je travaille toujours avec une ouverture réduite de f/16, voire f/22, de façon à inclure une profondeur de champ maximale. Bien évidemment, cela implique de recourir à un trépied pour conserver la netteté des détails, mais comme le Sony Alpha 7R IV est léger, un accessoire compact suffit. »

Massimo utilise également la Prise de vue multiple par décalage de pixel de l’Alpha 7R IV qui lui offre « une définition hors pair, idéale pour mettre en relief la texture de certains édifices. Cet appareil photo est véritablement exceptionnel », souligne-t-il.

sous-sol d’un bâtiment moderne chaleureusement éclairé

© Massimo Siragusa | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 0.6s @ f/16, ISO 500

Les facteurs à prendre en compte du point de vue de la composition sont également nombreux. « Garder l’appareil parallèle au sol est l’un des points les plus importants », explique Massimo. « Cette position de niveau évite la distorsion des lignes architecturales et assure le maintien de leur verticalité. Trouver le bon ajustement est parfois difficile, et il m’arrive d’escalader le bâtiment qui se trouve face à mon sujet pour trouver la position qui me permettra de conserver la linéarité. »

Pour ce qui est de décider du contenu de la scène, « l’importance d’intégrer un sujet humain varie », poursuit-il. « En présence d’espaces ouverts, les éléments associés à l’humanité elle-même donnent souvent davantage d’indications sur les proportions de l’image. À mon sens, l’humain devrait toujours être en retrait par rapport au lieu ou aux bâtiments, jamais au centre. La présence d’individus dans ce type d’images sert simplement à établir un lien. »

reflet d’escaliers en béton dans une fenêtre

© Massimo Siragusa | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 1/10s @ f/16, ISO 500

Pour son travail architectural, Massimo alterne entre objectifs à focale fixe et objectifs zoom. « J’utilise souvent le FE 24-70 mm f/4 ZA OSS », explique-t-il, « qui m’offre une netteté incroyable et de multiples options de cadrage. Dernièrement, j’ai également complété ma collection avec les objectifs Sony G 24 mm, 40 mm et 50 mm. Leur netteté est exceptionnelle, surtout si l’on tient compte de leur format. Maintenant, je n’attends plus que Sony sorte un modèle de type Lens Shift. »

« Combiner tous ces aspects demande de la patience. Pouvoir interpréter chaque sujet demande d’être prêt à se rendre sur site encore et encore, de continuellement apprendre, développer sa technique et son langage visuel, d’anticiper et d’attendre après la meilleure luminosité. Ce n’est que moyennant tous ces efforts que l’on parvient à saisir l’âme d’un lieu. Bien entendu, retranscrire tout ça en une image finie demande aussi de disposer du bon matériel, mais mon appareil Sony le fait avec brio. »
Massimo Siragusa

Massimo Siragusa | Italy

« Pour moi, la photographie est avant tout un moyen d’expression. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.