portrait d’un homme caché par un tissu à imprimé léopard

Tout est dans le contrôle

Nicholas Mastoras

S’il est une chose qui distingue l’approche de Nicholas Mastoras en matière de portraiture, c’est le contrôle. Mais le contrôle n’est pas forcément un facteur limitant. Il permet, en réalité, l’expression du talent artistique pur et laisse la porte ouverte à l’imprévu, si bien que Nicholas peut produire ses plus beaux et plus surprenants clichés, indépendamment du fait que les prises de vue soient réalisées en studio ou sur site.

jeune femme en pantalon rose posant sur un flanc de coteau

© Nicholas Mastoras | Sony α7 IV + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/800s @ f/2.8, ISO 200

Passé professionnel depuis 2013 et travaillant sur des projets éditoriaux, des campagnes marketing et des visuels commerciaux, Nicholas vient du monde de la publicité, mais a « toujours été fasciné par les portraits, à l’origine parce qu’ils me permettaient de sortir de ma zone de confort », indique-t-il. « Comme la plupart des gens, j’aimais prendre des instantanés de mes amis et de ma famille, mais j’ai vite eu besoin de contrôler davantage les choses, à tel point que je sélectionne aujourd’hui mes modèles en fonction du style d’image que je veux produire, mon incroyable équipe de maquilleurs, coiffeurs et stylistes m’aidant à créer une vision qui me ressemble : nette, audacieuse et pleine de style ! »

jeune femme en haut vert posant pour un portrait

© Nicholas Mastoras | Sony α7 IV + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/2.8, ISO 160

Cette vision repose en grande partie sur l’éclairage. « J’adore utiliser des lumières stroboscopiques, qui offrent un rendu vraiment à part », confirme Nicholas. Cette approche sophistiquée est visible dans la diversité des styles qu’il crée en déclinant les angles, la puissance, les modificateurs de lumière et la couleur au gré de ses intentions.

« Les looks que je crée dépendent toujours du projet. Pour ce cliché, par exemple, je voulais que le sujet soit bien défini, que la texture du maquillage soit visible », explique-t-il. « J’ai utilisé un bol beauté sur la gauche de l’appareil, équipé d’une grille et d’un diffuseur. Avec ce modificateur, vous obtenez un joli rendu sculpté qui n’est ni trop dur, ni trop doux. Savoir quel modificateur utiliser selon vos idées demande de l’expérience », poursuit-il, « donc n’hésitez pas à essayer des choses. C’est le meilleur moyen d’apprendre. »

jeune femme posant près d’un bâtiment en brique

© Nicholas Mastoras | Sony α7 IV + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/800s @ f/2.8, ISO 250

Quand on travaille sur site, « il faut être doué pour la résolution de problèmes, choisir l’environnement qui conviendra au sujet et contrôler la lumière naturelle de façon à pouvoir appliquer sa propre influence créative. En utilisant le Sony Alpha 7 IV, la lumière était vraiment spéciale. J’ai détourné le modèle de la lumière et placé un grand réflecteur près de moi pour équilibrer les ombres. »

jeune femme portant des lunettes de soleil à la tombée de la nuit

© Nicholas Mastoras | Sony α7 IV + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/500s @ f/2.8, ISO 160

Au-delà du contrôle de la lumière, Nicholas veille à ce que ses séances de portrait restent amusantes et détendues, afin de favoriser la créativité. « Je pense que chaque photographe spécialiste des portraits pourra vous le confirmer : vous devez créer un lien avec votre sujet », explique-t-il, « en particulier quand celui-ci ne se sent pas très à l’aise. Vous devez contrôler la situation de façon à ce qu’il se décontracte et se sente en confiance. Mon astuce : j’essaie en général de le faire rire. Jusqu’ici, ça marche à merveille ! »

jeune femme en robe verte regardant l’appareil photo

© Nicholas Mastoras | Sony α7 IV + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/2.8, ISO 160

Mais pour les photographes, le confort vient du kit utilisé. « Je me suis mis aux appareils et objectifs Sony en 2018 et j’ai été littéralement subjugué », affirme-t-il. « La qualité des capteurs des appareils Alpha 7 IV et Alpha 1 est exceptionnelle, et la gamme dynamique et la latitude qu’offrent les RAW me permettent d’obtenir le meilleur rendu possible, même dans les conditions de luminosité les plus difficiles. Lors de cette séance spécifique avec l’Alpha 1, j’ai dû remplir les ombres, puis sous-exposer légèrement et remonter un peu l’image lors des retouches pour qu’elle conserve toute la qualité nécessaire. Ces appareils ont une gamme dynamique tellement remarquable que cela en devient vraiment facile. »

portrait d’un homme au visage couvert de peinture

© Nicholas Mastoras | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/5.6, ISO 100

« J’avais vraiment l’impression de n’avoir aucun effort à faire », dit-il avec un large sourire à l’évocation de l’Alpha 1. « Et j’ai adoré la façon dont il reproduit la haute résolution de la série Alpha R de Sony, notamment son mode rafale 30 images/s. Un autre vrai atout de l’Alpha 1, c’est sa vitesse élevée de synchronisation du flash, de l’ordre de 1/400e de seconde. Elle simplifie grandement l’ajout d’un flash aux flashs de lumière ambiante quand vous travaillez dans un environnement lumineux, aussi bien en intérieur qu’en extérieur », précise-t-il. « Elle signifie aussi que je peux continuer d’utiliser les éclairages à pleine puissance sans avoir à mettre la vitesse de synchronisation au maximum, ce qui représente une perte d’énergie. L’Alpha 1 est vraiment un outil remarquable, quel que soit l’endroit », ajoute-t-il.

portrait d’un homme étendu dans un fauteuil

© Nicholas Mastoras | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/200s @ f/5.6, ISO 200

« Contrôler tous ces aspects me permet d’interagir avec mon sujet et ses expressions, en sachant, par exemple, que ma mise au point sera parfaite grâce à la fonction de suivi des yeux Eye AF du Sony. Elle est tellement exceptionnelle qu’elle justifierait à elle seule d’adopter la marque et de ne plus jamais vouloir en changer ! »

Que ce soit en studio ou sur site, « le 24-70 mm f2.8 G Master est mon objectif de prédilection », ajoute-t-il. « Il est aussi remarquable au maximum qu’au minimum de l’ouverture. Donc bien que je réalise généralement mes prises de vue à environ f/11, il m’arrive d’ouvrir jusqu’à f/2.8 en mettant la puissance des projecteurs au minimum, et d’obtenir une netteté tout aussi incroyable. Les objectifs Sony sont quasiment imbattables en termes de performances. »

portrait d’un homme portant une chemise à imprimé léopard

© Nicholas Mastoras | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/5.6, ISO 100

Dès lors, Nicholas a toutes les cartes en main pour ce qui est « d’obtenir de mes images l’effet attendu. C’est ça, la magie du portrait », conclut-il.

Nicholas Mastoras

Nicholas Mastoras | Greece

« Ce n’est finalement pas la manière de voir les choses qui compte, mais plutôt jusqu’où vous vous laissez porter. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.