Exploration des profondeurs 

Alexis Rosenfeld

« Une bonne photo sous-marine captive tout autant qu'elle transmet un savoir », explique Alexis Rosenfeld avant d'ajouter : « et si elle intrigue les enfants au point qu'ils aient envie de vous poser des tas de questions », c'est que vous avez mis dans le mille. Il y a plusieurs décennies de cela, Alexis était l'un de ces bambins, se nourrissant des explorations et de l'univers sous-marin de Jacques Cousteau. « C'était mon passeport vers un monde extraordinaire » se souvient-il, « vers des lieux considérés comme inaccessibles d'où émanaient des récits fascinants. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-brightly-coloured-fish-swimming-above-a-bed-of-coral.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/80s @ f/8.0, ISO 400

Ce monde est rapidement devenu une source de profond bien-être pour Alexis. « Je suis quelqu'un de très impatient, le comble pour un photographe » plaisante-t-il, « mais une fois sous l'eau, j'ai soudain le temps, et tout s'apaise. J'aime m'imaginer une photo, son cadre, sa composition et patienter jusqu'à ce que tous les éléments soient réunis. Avec les animaux, c'est exactement pareil ; capturer un bon cliché mettant leur comportement en valeur est source de grande fierté. »

Alexis a commencé la plongée à l'âge de huit ans, une étape essentielle dans le parcours qui l'a mené à ce qu'il est aujourd'hui. « Devenir photographe sous-marin professionnel signifiait acquérir un très bon niveau de plongée » explique-t-il, « c'est une discipline si technique qu'il faut la maîtriser à la perfection. Ce n'est qu'à ce moment-là que l'on peut se consacrer pleinement à la photographie. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-diver-inspects-a-piece-of-white-coral-underwater.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/50s @ f/14, ISO 400

Et en tant que photojournaliste, son rôle est encore plus exigeant, puisqu'Alexis ne peut se contenter de créer des photos esthétiquement satisfaisantes. « Je ne peux me satisfaire d'un seul cliché pour raconter une histoire », explique-t-il. « Mes projets me prennent parfois plusieurs mois, voire plusieurs années et la première photo se doit d'être cohérente avec la dernière. Mis ensemble, ces clichés racontent une histoire que le spectateur doit pouvoir comprendre sans lire le texte qui les accompagne. »

Dans son dernier projet, « Récifs coralliens, cœur de l’océan », Alexis fait le récit d'un écosystème menacé. « Il illustre la beauté, la biodiversité et les menaces qui pèsent sur cet environnement. J'ai été d'autant plus motivé par ce projet lorsque j'ai appris qu'une espère marine sur trois provient des récifs coralliens. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-a-tree-like-piece-of-coral-illuminated-by-flash-with-a-deep-blue-sea-behind.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/200s @ f/11, ISO 400

Alors, que pense Alexis de la photographie sous-marine ? L'environnement sous-marin présente certains défis de taille, tout simplement parce que l'eau ne se comporte pas comme l'air. « Elle présente quatre inconvénients majeurs », explique Alexis, « elle absorbe la lumière, ternit les couleurs, est chargée de particules en suspension qui obstruent la vue et elle se comporte comme un objectif optique supplémentaire. » Le défi peut sembler compliqué, mais pour le relever, Alexis fait appel à différentes techniques. « Mon éclairage me permet d'éviter le plus possible les particules, et de bons flashs sous-marins aident à raviver les couleurs », confie-t-il, « je capture également des vues très larges afin de réduire le volume d'eau qui se trouve entre l'appareil et le sujet. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-a-shoal-of-yellow-and-blue-fish-swimming-through-a-bed-of-coral.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/125s @ f/14, ISO 800

Le Sony α7R II d'Alexis est tout aussi performant sous l'eau. « De nombreuses photos du projet "Récifs coralliens" n'auraient pas pu être prises avec d'autres appareils ou du matériel plus ancien », explique-t-il, « cela est dû, en particulier, à la qualité du capteur, à sa plage dynamique, ainsi qu'à ses performances à des valeurs ISO élevées. » Les capteurs, dit-il, « sont particulièrement adaptés aux prises de vues sous l'eau et permettent d'obtenir une représentation fidèle du monde sous-marin. Dès lors que vous plongez sous la surface, les rayons du soleil sont atténués et c'est pourquoi je travaille souvent à un ISO de 1600 minimum. Il m'arrive aussi d'utiliser l'α7R III pour mes photos sous-marines, et l'AF des deux appareils fonctionne vraiment bien dans cet environnement. Il me permet d'assurer la netteté des poissons et des mammifères sous-marins, même lorsqu'ils se déplacent rapidement et de façon imprévisible. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-a-lone-ray-swims-against-a-deep-blue-backdrop-dappled-with-sunlight.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/160s @ f/13, ISO 400

« Cela fait maintenant quatre ans que j'utilise le matériel Sony », poursuit-il, « j'associe mes appareils aux objectifs FE 16-35 mm f/2.8 G Master, FE 12-24 mm f/4 G, FE 90 mm f/2.8 Macro G OSS et FE 100-400 mm f/4.5-5.6 OSS G Master. Pour les protéger, je travaille avec des caissons fabriqués en Suisse qui sont étanches jusqu'à 200 m en plus d'être pourvus de dômes en verre optique. Ces caissons étant créés sur mesure, toutes les commandes sont accessibles et ils me permettent de gérer parfaitement l'appareil. Sans cette technologie alliée aux performances et à la maniabilité de l'Alpha, travailler aussi facilement à de telles profondeurs me serait impossible. »

alexis-rosenfeld-sony-A7RM2-a-lone-diver-dwarfed-by-a-huge-elaborate-underwater-rock-formation.jpg

© Alexis Rosenfeld | Sony α7R II + FE 16-35 mm f/4 ZA OSS | 1/160s @ f/11, ISO 400

Mais même si sa technique et son matériel photo simplifient au maximum la capture de ses prises de vues, Alexis ne semble pas vouloir d’une vie trop simple. Serais-ce pour ne pas perdre la notion de défi ? « Effectivement », confirme-t-il, « le jour où je me sentirai trop à l’aise à travailler sous l’eau, j’arrêterai. C’est que je n’aurais plus rien à apprendre. Chaque plongée est une nouvelle opportunité d'apprentissage, tant sur le plan technique qu'environnemental. La lumière, le comportement des animaux, la couleur de l'eau changent constamment... c'est cette combinaison de choses qui rend mon travail si spécial. On se rend vite compte que chaque plongée est unique. »

Produits présentés
ILCE-7RM2
α7R II avec capteur d'image plein format rétroéclairé

ILCE-7RM2

SEL1635Z
Vario-Tessar® T* FE 16-35 mm F4 ZA OSS

SEL1635Z

Articles connexes
Alexis Rosenfeld
alpha universe

Alexis Rosenfeld

France

Sous la surface, un tout autre monde : mon univers, là où tout semble sortir d’un conte de fées et vous laisse le souffle coupé. À travers mes explorations sous-marines, je veux montrer à quel point ce monde fragile est étonnant.

Découvrir le profil

Alpha Universe : détails de l’histoire


x