athlète de saut en longueur atterrissant dans le sable après avoir réussi son saut

Atteindre la perfection

Aleksandra Szmigiel

Grâce à son talent aiguisé, à son sens créatif et au Sony Alpha 1, capable de reproduire sa perspective unique, Aleksandra Szmigiel avait toutes les cartes en main pour immortaliser le saut du perchiste Robert Sobera lors des Championnats d’athlétisme nationaux de 2021, en Pologne. « Le saut à la perche est un sport si rapide », explique-t-elle, « qu’il faut se préparer avec précision et prendre son cliché à une vitesse suffisante pour capturer le moment. Ici, je visais la fraction de seconde exacte à laquelle la perche serait relâchée par le sportif, mais toujours assez proche de lui pour qu’ils entrent presque en contact. Puisque j’aime prendre des photos nettes et épurées, je me suis positionnée au plus près du matelas, sous la barre, ce qui m’a permis de cadrer Robert alors qu’il s’élevait dans le ciel. »

perchiste tendant la main vers sa perche en plein saut

© Aleksandra Szmigiel | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/1250s @ f/3.5, ISO 500

Son passé de sportive professionnelle aide Aleksandra à saisir certains enjeux de la compétition et à comprendre les éléments requis pour produire une image de sport exceptionnelle. « Je photographie des sportifs depuis presque 10 ans », nous confie-t-elle, « mais je ne me lasse jamais de repousser les limites de mon travail. Les athlètes m’inspirent énormément de respect, car ils s’entraînent sans relâche pour atteindre leurs objectifs. J’ai donc été ravie de constater que l’Alpha 1, qui m’a accompagnée sur tant d’événements à travers le monde cette année, était digne de mes attentes. »

sportive concentrée sur son lancer

© Aleksandra Szmigiel | Sony α1 + FE 70-200mm f/2.8 GM OSS | 1/1600s @ f/2.8, ISO 400

En sport, l’expression de « gains marginaux » désigne les petites améliorations progressives à l’entraînement qui finissent par faire la différence lors de la compétition. Aleksandra y assimilerait-elle les avancées de l’Alpha 1 ? « Oui, sauf que certaines d’entre elles sont loin d’être petites ! », s’exclame-t-elle. « Par exemple, sur le cliché de Robert, la différence de cadence de prise de vues est incroyable, même par rapport à un excellent appareil photo comme mon Alpha 9 II. Le passage de 20 à 30 images/s représente une augmentation de 50 % qui offre encore plus de chances de capturer le moment parfait. Sans compter que tout cela s’accompagne d’un viseur électronique fiable qui permet de suivre facilement le sujet. »

rangée de coureuses sur la ligne de départ

© Aleksandra Szmigiel | Sony α9 II + FE 70-200mm f/2.8 GM OSS | 1/1000s @ f/2.8, ISO 1250

La mise au point de l’Alpha 1 reçoit également les éloges d’Aleksandra, qui a pu en tirer particulièrement parti sur l’une de ses photos. Le mode de suivi AF en temps réel lui a permis d’immortaliser l’expression du visage d’une athlète de saut en longueur, malgré la vitesse de l’atterrissage et la projection consécutive de gerbes de sable. Aleksandra a pris ce cliché à 1/1250 s et à f/2.8, avec un ISO de 1200, en pleine effervescence du saut. « Il s’agit d’une photo très compliquée pour un appareil », déclare-t-elle, « notamment en raison de la vitesse de l’athlète, de la profondeur de champ réduite et de tout le sable qui s’envole autour d’elle. »

athlète de saut en longueur atterrissant dans le sable après avoir réussi son saut

© Aleksandra Szmigiel | Sony α1 + FE 70-200mm f/2.8 GM OSS | 1/1250s @ f/2.8, ISO 2500

Tout comme pour les sportifs, un changement d’approche peut s’avérer utile dans la carrière d’un photographe. Dans le cas d’Aleksandra, ce changement prend la forme d’un nombre plus important de portraits cette année. « Je me suis rendu compte que je voulais me rapprocher de ces personnes exceptionnelles, et raconter leur histoire à travers leurs émotions », explique-t-elle. « Il m’est souvent arrivé d’utiliser des objectifs grand angle et de me rapprocher physiquement, mais cette année, j’ai découvert les qualités du modèle FE 400 mm f/2.8 GM OSS, qui offre une proximité différente tout en continuant de saisir ces moments intenses. Je peux ainsi photographier les athlètes quand ils ne cachent pas ce qu’ils ressentent, et remplir l’image de ces émotions pour que les spectateurs partagent aussi cette expérience. »

« Lors de ces moments », poursuit-elle, « le manque de temps ne permet pas de modifier les réglages. Heureusement, je peux utiliser la configuration que j’ai préparée pour les clichés d’action. Je reste à environ 1/1000 s, avec une ouverture maximale, et j’utilise souvent la sensibilité ISO automatique de l’Alpha 9 II ou de l’Alpha 1, car je sais que le résultat sera impeccable, même à des valeurs élevées. Je modifie ensuite l’exposition manuellement, en fonction de ce que je vois dans le viseur électronique. Je m’appuie également beaucoup sur le suivi automatique des yeux afin d’en conserver la netteté, puisqu’il s’agit de l’élément central. »
sportive visiblement contrariée

© Aleksandra Szmigiel | Sony α9 II + FE 400mm f/2.8 GM OSS | 1/1250s @ f/2.8, ISO 640

« De ce point de vue », continue-t-elle, « l’objectif Sony 400 mm f/2.8 GM tient du miracle pour les photographes sportifs comme moi. Sa qualité irréprochable s’allie à une légèreté qui me libère du monopode que je déteste utiliser, car il me ralentit alors même que les beaux clichés que je vois passer s’enfuient sous mes yeux ! Par ailleurs, grâce à la stabilisation d’image intégrée à l’Alpha 9 II et à l’Alpha 1, ainsi qu’à la stabilisation optique de l’objectif, je rencontre encore moins d’obstacles pour me déplacer à ma guise et prendre les meilleures photos. »

sportive pleurant de joie

© Aleksandra Szmigiel | Sony α9 II + FE 400mm f/2.8 GM OSS | 1/2000s @ f/3.2, ISO 640

« Avec des appareils photo tels que l’Alpha 1 et l’Alpha 9 II », affirme Aleksandra, « il m’est plus facile d’immortaliser ces moments spontanés, qui se retranscrivent avec bien plus de fidélité qu’avant. Pour réussir mes photos, j’ai besoin, comme en sport, de me plonger dans l’instant sans me laisser distraire. Dans l’idéal, je dois me détacher de l’appareil que j’utilise, qui doit fonctionner de manière intuitive et sans défaillir. À l’heure actuelle, ce sont les appareils photo professionnels Sony Alpha qui m’amènent au plus près de cet objectif. »

Aleksandra Szmigiel

Aleksandra Szmigiel | Poland

« Je ne suis pas très bavarde. Je préfère raconter des histoires à travers mes photos. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.