volcan en pleine éruption nocturne

Immortaliser l’Islande avec le Sony Alpha 7C

Stefan Liebermann

En mars 2021, quand le volcan islandais Fagradalsfjall est entré en éruption, nous avons pu être les témoins privilégiés des incroyables forces primaires à l’œuvre sur notre planète. Le site, facilement accessible, a été visité par un public venu voir de ses propres yeux la puissance brute de notre monde et en immortaliser les merveilles. Derrière son écran, en Allemagne, Stefan Liebermann savait qu’il devait se rendre sur les lieux en personne pour observer le phénomène à travers l’objectif de son Sony Alpha 7C.

volcan projetant des étincelles dans les airs

© Stefan Liebermann | Sony α7C + FE 16-35mm f/2.8 GM | 6s @ f/10, ISO 100

En pleine pandémie de Covid-19, les voyages à l’étranger ne se déroulaient pas sans quelques difficultés. « À notre arrivée, nous avons dû passer cinq jours en quarantaine », nous confie Stefan, « mais c’était un faible prix à payer pour pouvoir photographier cette éruption phénoménale ! »

Stefan est arrivé au moment où seule la première fissure du volcan était active, mais à l’ouverture de la deuxième, le danger grandissant a restreint l’accès à la zone.

avion passant au-dessus d’un volcan

© Stefan Liebermann | Sony α7C + FE 16-35mm f/2.8 GM | 1/25s @ f/11, ISO 640

« Le public avait l’interdiction formelle d’entrer dans le périmètre », affirme-t-il. « Il n’y avait personne, et la police répétait aux curieux de rester à l’écart. Heureusement, avec mon ami, nous avions des cartes de presse allemandes. Nous nous sommes adressés aux agents de police, qui nous ont donné l’autorisation d’aller prendre des photos de plus près, à nos risques et périls. »

homme debout devant une cascade

© Stefan Liebermann | Sony α7C + FE 16-35mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/7.1, ISO 640

En temps normal, Stefan se sert plutôt de son Sony Alpha 7R III et de son Alpha 7 III pour la photographie de paysages et l’astrophotographie. Toutefois, pour cette aventure en Islande, c’est au Sony Alpha 7C qu’il a fait confiance, l’appareil photo hybride plein format le plus petit de la gamme, qui présente le même capteur de 24,2 mégapixels que l’Alpha 7 III.

« Quand je dois me lancer dans de longues marches et transporter de la nourriture ou d’autres équipements, je choisis l’appareil le plus petit et léger possible, en l’occurrence l’Alpha 7C », déclare-t-il. « Je peux l’associer avec quelques-uns de mes meilleurs objectifs, ce qui m’offre le même résultat que celui obtenu avec mon Alpha 7 III habituel. Je suis particulièrement conquis par les objectifs ultra-plats comme le FE 24 mm f/1.4 GM, le FE 14 mm f/1.8 GM ou le FE 135 mm f/1.8 GM, qui sont de véritables poids plumes adaptés aux voyages et aux longues randonnées. »

homme debout devant un volcan

© Stefan Liebermann | Sony α7C + FE 16-35mm f/2.8 GM | 1/100s @ f/20, ISO 640

En Islande, Stefan a emporté ses objectifs FE 16-35 mm f/2.8 G Master et 135 mm f/1.8 G Master. L’objectif à très grand angle a permis à Stefan de capturer l’ampleur de chaque paysage, notamment en pratiquant l’astrophotographie sur les aurores boréales. Grâce à la grande distance focale, le premier plan est également mis en valeur, ce qui ajoute de la profondeur et de l’envergure à l’image. Regarder la photo donne l’impression d’assister à la scène.

« Personne ne s’était approché de la deuxième fissure, à part deux scientifiques italiens qui effectuaient des mesures », se souvient-il. « Ils avaient tout un équipement de sécurité, alors que nous étions venus sans rien. »

« Sur le moment, je n’ai rien remarqué, mais la chaleur dégagée par la lave m’a légèrement brûlé le visage. Après une journée de travail, le pare-soleil de mon objectif FE 16-35 mm f/2.8 G Master a également commencé à se déformer et à fondre sous la température élevée. Cependant, malgré ces conditions extrêmes, l’appareil photo et les objectifs ont parfaitement fonctionné ! »
lever du jour sur un volcan au loin

© Stefan Liebermann | Sony α7C

Ce voyage marqué par les extrêmes a également vu Stefan sortir en pleine nuit pour capturer les aurores boréales, alors que le thermomètre affichait jusqu’à -20 °C. Là encore, le Sony Alpha 7C s’est montré à la hauteur des conditions difficiles.

La notion d’échelle se perd facilement lorsqu’on photographie des images abstraites, comme un champ de lave ou un paysage dénué de points de références, ne serait-ce que des arbres. Pour pallier cette difficulté, Stefan se sert de sujets discrets comme points de référence dans certains de ses clichés islandais. « En intégrant mon ami à la scène ou en attendant qu’un avion passe au-dessus de nous, j’ai pu souligner la taille du champ de lave et du cratère, voire en montrer la proximité sur certaines images », explique-t-il.

oiseau volant devant une cascade

© Stefan Liebermann | Sony α7C + FE 135mm f/1.8 GM | 1/3200s @ f/3.2, ISO 800

De même, sur une autre de ses photos d’Islande, Stefan se sert du simple passage d’un oiseau dans la scène pour mettre en avant la taille de la cascade de Skógafoss.

Stefan a vécu une expérience magique lors de cette excursion en Islande, notamment grâce au volcan actif qu’il a pu photographier. « C’était euphorisant, comme si je retombais en enfance », plaisante-t-il. « Quand on est photographe professionnel, on tombe parfois dans une routine où l’on capture les mêmes sujets, encore et encore, mais là, il s’agissait d’une grande première. Je ne pouvais pas m’arrêter de prendre des centaines de photos, sous tous les angles possibles, pour essayer d’obtenir l’image parfaite qui représenterait ce paysage fantastique. C’est ce que mon Alpha 7C m’a aidé à accomplir. »

Stefan Liebermann

Stefan Liebermann | Germany

« C’est un type de photographie très spécial qui consiste à capter ce qui est invisible à l’œil nu, mais pourtant bien réel. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.