fleurs blanches emprisonnées dans la glace

Petites merveilles

Albert Dros

En général, on ne reste jamais indifférent devant les photos de délicates fleurs emprisonnées dans la glace d’Albert Dros. Comment pourrait-il en être autrement ? Ces bourgeons naissants et ces fleurs lumineuses, recouverts d’une couche de glace parfaitement transparente, semblent comme figés dans le temps. Parfaitement mises en valeur par un cadrage élégant et des détails fascinants, ces macro-photos offrent une vision artistique de la nature dans ce qu’elle a de plus pur et de plus merveilleux. Mais certains n’y voient pas uniquement une expression de la beauté.

« De nombreuses personnes sont en fait très tristes, déclare Albert en riant, parce qu’elles pensent que ces fleurs sont sur le point de mourir. Mais il n’en est rien : la glace les protège en réalité. » Les efflorescences, capturées dans des exploitations fruitières de la région de Neder-Betuwe aux Pays-Bas, font effectivement l’objet d’une grande attention. « Dès l’apparition des premiers bourgeons au printemps, la température peut chuter rapidement pendant la nuit », précise Albert. « Au moindre signe de refroidissement important, les producteurs pulvérisent de l'eau sur les plantes afin qu'il s'y forme une couche de glace. Si elles n’étaient pas ainsi protégées par la glace, le gel pourrait leur porter un coup fatal. »

fleurs blanches emprisonnées dans la glace

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/640s @ f/2.8, ISO 400

Au final, les techniques utilisées en horticulture font le bonheur des photographes ! Cela est particulièrement vrai pour Albert qui, bien que réputé pour ses sublimes photos de paysages et de nature, ne s’est initié que récemment à la macrophotographie. « Lors des confinements liés à la COVID, j’ai recherché de nouvelles choses à photographier plus près de chez moi », explique-t-il. « J’ai alors emporté l’objectif Sony FE 90 mm f/2.8 Macro G OSS avec l’intention de l’utiliser sur mon Alpha 7R IV. Et c’est ainsi qu’a commencé une nouvelle aventure qui, même si elle n’a pas dépassé le cadre de mon jardin, mérite vraiment le détour. »

gouttelettes d’eau gelées sur une plante

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/2500s @ f/2.8, ISO 800

Les fleurs ne sont pas un sujet entièrement nouveau pour lui. « J’avais l’habitude de les mettre au premier plan de scènes de paysage plus larges, ou d’en faire des portraits avec mes téléobjectifs », rappelle-t-il. « Mais faire des photos de fleurs d’aussi près était vraiment quelque chose de nouveau et je suis devenu totalement accro. Aussi, quand un ami m’a parlé des fleurs enchâssées dans la glace à Betuwe, je n’ai pas hésité une seconde. »

Mais trouver ces fleurs n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. « Comme pour toutes les macro-photos en général, le choix minutieux du sujet et de la composition est, à juste titre, un long processus », affirme Albert. « Les conditions requises, à savoir les premières floraisons et les gelées matinales, ne sont réunies que pendant quelques semaines dans l’année. Et une fois sur place, vous devez encore trouver la bonne, car la moindre imperfection devient vite flagrante avec un objectif macro ! »

Albert prend donc tout son temps pour dénicher le sujet idéal, mais son travail ne s’arrête pas là. « Je passe ensuite une vingtaine de minutes à rechercher le meilleur angle possible pour ma prise de vue, en me concentrant principalement sur l’arrière-plan, qui est aussi, voire plus important que le sujet lui-même au sens où c’est lui qui permet de mettre en valeur une fleur isolée. »

fleurs blanches sur un fond blanc glacé

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/2500s @ f/2.8, ISO 200

Même si Albert teste constamment de nouvelles compositions, il choisit souvent la lumière de l’aube comme toile de fond de ses photographies pour « profiter d’une lumière douce et incroyablement chaleureuse », avoue-t-il. « Mais l’un de mes clichés favoris a été réalisé trois heures après le lever du soleil, ce qui m’a permis de créer un contraste saisissant entre le jaune des fleurs et le ciel d’un bleu pur. Attention toutefois à ne pas prolonger le temps de pose, au risque de voir la glace disparaître complètement. »

bourgeons gelés sur fond bleu

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/500s @ f/13, ISO 200

fleur de printemps blanche emprisonnée dans la glace

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/3200s @ f/3.5, ISO 400

« Avec l’objectif macro FE 90 mm, chaque détail que je parviens à capturer dans ces sujets complexes est envoûtant. Cela en devient même addictif au point d’inciter à photographier encore et encore. » Bien entendu, comme avec tout sujet en macro, obtenir un tel niveau de détail, demande de soigner la mise au point, et Albert a une technique bien à lui pour y parvenir sur son boîtier Alpha.

« Ce que je fais est simple », explique-t-il. « J’utilise l’écran tactile pour définir la mise au point générale, puis j’actionne un bouton personnalisé du boîtier pour faire apparaître la loupe de mise au point de mon Alpha 7R IV. Cela a pour effet d’afficher un réticule, semblable au viseur d’un jeu vidéo de tir en vue subjective. Je le positionne précisément à l’endroit où la mise au point doit être la plus nette, généralement sur l’étamine des fleurs. C’est une méthode d’une redoutable efficacité et d’une simplicité extrême sur cet appareil photo. »

fleur teintée de jaune aux bourgeons pris dans la glace

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/3200s @ f/2.8, ISO 800

La technologie SteadyShot de Sony, disponible à la fois sur le capteur de l’Alpha 7R IV et l’objectif macro 90 mm, est également déterminante pour la netteté lors d’une prise de vue sans trépied. « Cet objectif permet de produire dans certaines parties de l’image des effets de flous doux et enchanteurs , tout en garantissant une mise au point époustouflante partout ailleurs. La stabilisation de l’image du stabilisateur optique SteadyShot et du boîtier à cinq axes joue un rôle crucial à ce titre », renchérit-il. « J’ai essayé de m’en passer, mais elle fait vraiment une sacrée différence », poursuit Albert.

gouttelettes d’eau gelées suspendues à des baies rouges

© Albert Dros | Sony α7R IV + FE 90mm f/2.8 Macro G OSS | 1/800s @ f/2.8, ISO 400

« On peut passer des heures à photographier des fleurs, à expérimenter et à peaufiner la composition, avec la certitude que le résultat en vaudra la peine. La macro transforme l’ordinaire en extraordinaire, mais si l'équipement n’est pas à la hauteur, on peut tout aussi bien être déçu et désabusé. Avec l’Alpha 7R IV, je mets toutes les chances de mon côté. »

Albert Dros

Albert Dros | Netherlands

« Ma recherche du cliché parfait est une obsession. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.