skieur négociant une pente délicate à pleine vitesse

Sensations fortes en montagne

Mine Kasapoğlu

Janvier 2021. La photographe sportive professionnelle Mine Kasapoğlu contemple un ruban de neige et de glace qui serpente entre les arbres et les rochers. Il s’agit de la Streif, la piste utilisée pour l’épreuve de la Coupe du monde masculine de ski alpin, située sur le Hahnenkamm, à Kitzbühel, dans les Alpes autrichiennes. Cette descente difficile, longue de plus de 860 m, est connue pour être la plus technique au monde, ce qui ne laisse pas de place à l’erreur.

« Cette piste de descente est la plus complexe qui soit », s’exclame Mine. « C’est à la fois fascinant et complètement fou de regarder ces athlètes mettre leur courage et leurs capacités à l’épreuve en s’élançant vers le bas de la montagne. »

De toute évidence, Mine est en admiration devant les skieurs qui s’attaquent au parcours le plus dangereux au monde. « Quand je les prends en photo », déclare-t-elle, « je cherche toujours à leur donner une allure parfaite et héroïque, dans la mesure du possible. Les chutes ne m’intéressent pas, car elles ne reflètent pas la manière dont je les vois. Pour moi, ce sont des super-héros qui méritent d’être montrés comme tels, et dont je veux capturer l’effort vers la perfection. Si je me tenais dans le public, je les encouragerais, mais je peux aussi les soutenir avec mon appareil. »

skieur penché sur le côté au début de la pente

© Mine Kasapoğlu | Sony α9 II + FE 400mm f/2.8 GM OSS | 1/16000s @ f/3.2, ISO 800

Une partie de son approche consiste à explorer le côté humain du sport professionnel, qui a tendance à s’effacer si toutes les images montrent des personnages solitaires qui affrontent les difficultés de la descente. « Bien sûr, j’adore immortaliser les compétiteurs en pleine action, mais leur préparation représente également une mine d’or », affirme-t-elle. « J’ai par exemple pris un cliché de Max Franz, qui s’était installé dans un coin tranquille pour parcourir la piste et répéter mentalement les virages. »

skieur s’appuyant sur ses bâtons après une course

© Mine Kasapoğlu | Sony α9 + FE 70-200mm f/2.8 GM OSS | 1/2000s @ f/3.2, ISO 400

Les courses mettent au défi à la fois les photographes et les athlètes. Tout comme les skieurs qui n’ont pas droit à l’erreur, ceux qui capturent leur descente doivent aussi se montrer à la hauteur. « Il est important de choisir le bon emplacement », explique Mine, « mais comme dans tout sport en extérieur, la lumière et la météo sont des facteurs déterminants. À Kitzbühel, le dernier saut peut offrir de fantastiques clichés, avec la foule en arrière-plan. Or, en 2021, la foule n’était pas de la partie ! »

Il va de soi que la mise au point et le cadrage d’un sujet lancé à 140 km/h peuvent poser problème, du moins si l’on n’utilise pas l’Alpha 9 II de Sony. Lors de cet événement, Mine a associé ce dernier avec l’objectif FE 400 mm f/2.8 GM OSS, ce qui lui a permis de prendre de magnifiques images, comme à son habitude. « Le timing est crucial », déclare-t-elle, « car à cette vitesse, les skieurs peuvent entrer et sortir du cadre en un clin d’œil. La composition s’améliore avec l’expérience et la concentration, en plus des quelques indices qui permettent de savoir quand un athlète va apparaître à l’image. Puisqu’ils passent environ toutes les 45 secondes, on peut se tenir prêt, sans compter que les caméras de la télévision les montrent parfois juste avant leur arrivée. »

skieur en plein saut

© Mine Kasapoğlu | Sony α9 II + FE 400mm f/2.8 GM OSS + 1.4x Teleconverter| 1/10000s @ f/4.0, ISO 640

Selon Mine, le viseur électronique fiable de l’Alpha 9 II l’aide énormément à réussir ses clichés, d’autant plus qu’il s’associe à l’obturateur électronique et à une cadence de prise de vues élevée pour offrir un outil idéal pour capturer l’action. « Cet appareil photo a vraiment changé ma manière de photographier les pentes », nous confie-t-elle, « car je peux suivre le sujet très facilement, à une vitesse de 20 images/s, en sachant que chaque image sera nette. Le viseur électronique fait même ses preuves dans la neige. Il y a tellement de lumière qu’on ne peut pas contrôler les clichés sur l’écran principal, mais ce n’est pas grave, parce que l’Alpha 9 II ne manque jamais une seule mise au point. »

« En général, j’utilise le suivi en temps réel, qui se verrouille sur le skieur pour qu’il reste bien net. Si possible, je l’active dès la porte précédente afin de suivre l’athlète plus longtemps à mesure qu’il fonce dans ma direction. Le fort contraste entre le skieur et la neige s’avère utile, mais même dans des situations moins favorables, ce mode fonctionne à merveille. »

Toutefois, pour figer les mouvements de manière si spectaculaire, il faut pouvoir atteindre des vitesses d’obturation élevées. Sur ce point, Mine peut compter sur l’obturateur électronique de l’Alpha 9 II, ainsi que sur ses performances ISO élevées, qui permettent des réglages jusqu’à 1/16 000 s. « Je n’utilise plus que l’obturateur électronique », explique-t-elle. « Je trouve qu’il ne présente que des avantages : plus d’images par seconde et plus de netteté, ainsi qu’un silence total qui n’indique pas aux autres photographes le moment exact où j’appuie sur le déclencheur, ce que j’apprécie beaucoup ! »

skieur dévalant une piste de descente

© Mine Kasapoğlu | Sony α9 II + FE 400mm f/2.8 GM OSS | 1/10000s @ f/3.2, ISO 800

Toute compétition doit avoir un gagnant. En 2021, c’est le Suisse Beat Feuz qui a remporté la descente de Hahnenkamm, avec un chrono de 1’53"77, proche du record. Pour les photographes, la victoire prend des formes différentes. Dans le cas de Mine, « il s’agit de parvenir à transférer les sensations. Je veux que la personne qui voit mon cliché ait autant le souffle coupé que moi au moment où je l’ai pris. Ce pouvoir peut venir de l’expression sur le visage d’un athlète, de son langage corporel ou de la façon dont il se tord dans un virage. Tant que je ressens une émotion forte, j’ai tout ce qu’il me faut. »

Mine Kasapoğlu

Mine Kasapoğlu | Turkey

« Rechercher la lumière, l’énergie et l’émotion, et trouver le moment parfait pour les saisir. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.