COMPÉTITION PROFESSIONAL 2024

ANNONCE DES NOMINÉS ET DES FINALISTES

Image1.jpg

EXPOSITION : 19 AVRIL – 6 MAI 2024 | SOMERSET HOUSE, LONDRES

La World Photography Organisation a le plaisir de révéler les photographes nominés et finalistes de la compétition Professional des Sony World Photography Awards 2024. Pour la 17e année, la compétition Professional récompense des séries de travaux exceptionnels, tant par leur maîtrise technique que par leur approche originale de la narration.

Plus de 395 000 images ont été soumises aux Sony World Photography Awards 2024 issues de plus de 220 pays et territoires. La majorité des candidatures visait la compétition Professional.

Le vainqueur 2024 du titre Photographer of the Year, annoncé le 18 avril, sera choisi parmi les finalistes Professional. Le Photographer of the Year reçoit une récompense monétaire de 25 000 $ (USD) et un ensemble d’équipement d’imagerie numérique Sony. Il remporte également une exposition solo de son travail dans le cadre de l’exposition des Sony World Photography Awards de l’année prochaine. Cette opportunité permettra aux photographes d’approfondir leur projet victorieux ou de présenter de nouveaux travaux, leur donnant une exposition supplémentaire pour faire avancer leur carrière.

Une sélection d’images des photographes finalistes et nominés sera tout d’abord présentée dans le cadre de l’exposition 2024 des Sony World Photography Awards, à la Somerset House, du 19 avril au 6 mai 2024, avant de voyager dans d’autres endroits.

Monica Allende, présidente du jury, a commenté : « Le jury a été captivé par la narration passionnée, qui capturait les joies comme les défis de l’existence humaine sur l’ensemble de notre planète. Nous avons été emballés par le large choix de styles photographiques, divers, créatifs et de haute qualité, qui ont été présentés. »

Les trois finalistes et projets retenus par catégorie de la compétition Professional des Sony World Photography Awards 2024 sont :

ARCHITECTURE & DESIGN

Dans Sala Mayor (Le Salon), Siobhán Doran (Irlande) présente les maisons de familles qui doivent leur richesse au marché du sucre aux Philippines, via une série de portraits de leurs principales pièces à vivre. Dans Tehran Campus Town (La ville-campus de Téhéran), Yaser Mohamad Khani (République islamique d’Iran) explore les nouveaux quartiers en cours de construction en périphérie de Téhéran, dans une série de photos saisissantes du développement urbain dans un paysage rocailleux et montagneux. Parallèlement, le projet Spa Island (L’île spa) de Karol Pałka (Pologne) étudie comment les installations thermales sont intégrées dans la vie de la communauté slovaque, en tant que lieux de rencontres et d’interactions.

CRÉATIVITÉ

Dans The Gay Space Agency (L’agence spatiale gay), Mackenzie Calle (États-Unis) réimagine l’histoire de la NASA, qui n’a jamais envoyé un astronaute ouvertement LGBTQ+ dans l’espace, en imaginant à l’inverse une agence spatiale qui accueille et célèbre les astronautes LGBTQ+. Ailleurs, la série Gilded Lilies: Portraits of Cut Flowers (Lis dorés : portraits de fleurs coupées) de Tine Poppe (Norvège) étudie les dégâts environnementaux des fleurs coupées à l’aide d’images soigneusement mises en scène montrant des bouquets sur des arrière-plans de paysages dévastés par le changement climatique. Dans son projet A Thousand Cuts (Mille coupures), Sujata Setia’s (Royaume-Uni) examine la douleur et la résilience de survivantes de violences domestiques de la communauté sud-asiatique du Royaume-Uni, à travers une série de portraits finement travaillés par des incisions de la surface des tirages, révélant une couche de papier rouge.

PROJETS DOCUMENTAIRES

Dans Critical Minerals - Geography of Energy (Minéraux critiques – géographie de l’énergie), Davide Monteleone (Italie) enquête sur l’extraction minière nécessaire aux énergies renouvelables, observant de près le labeur exténuant dans l’extraction du cobalt en République démocratique du Congo. Dans Spiralkampagnen : la contraception forcée et la stérilisation involontaire des femmes du Groenland, Juliette Pavy (France) explore l’impact durable de la campagne de contrôle des naissances menées par les autorités danoises au Groenland entre 1966 et 1975, au cours de laquelle des milliers de jeunes femmes groenlandaises ont reçu des implants intra-utérins sans leur consentement, menant dans bien des cas à leur stérilisation. Parallèlement, le projet LGBTQIA Refugees: Fleeing Uganda (Les réfugiés LGTBQIA : fuir l’Ouganda) de Brent Stirton montre la vie de personnes forcées de fuir l’Ouganda par les lois strictes qui y interdisent l’homosexualité, et qui essaient désormais de reconstruire leurs vies dans des lieux sûrs au Kenya.

ENVIRONNEMENT

Echoes of the Hive (Les échos de la ruche) de Mahé Elipe (France) montre les efforts des populations Maya du sud du Mexique pour préserver une espèce d’abeilles centrale dans leur religion et leur culture après un empoisonnement massif par des pesticides. La série Tropicalia de Jean-Marc Caimi et Valentina Piccinni (Italie) étudie comment la Sicile s’est adaptée au changement climatique et à l’augmentation de ses températures, en se concentrant sur les nouvelles pratiques agricoles développées par les fermiers et les scientifiques locaux, qui commencent à faire pousser plus de fruits tropicaux. En utilisant comme point de départ l’Objectif de développement durable des Nations-Unies d’éradiquer la faim dans le monde, Maurizio Di Pietro (Italie) montre la promotion des insectes comme source de nourriture dans la série Zero Hunger (zéro faim).

PAYSAGE

Dans Wildfires of Palermo (Les incendies de Palerme), Jim Fenwick (Royaume-Uni) capture les teintes extraordinaires des ciels des Palerme éclairés par les incendies qui faisaient rage dans la campagne sicilienne. La série The Sacrifice Zone (La zone sacrifiée) d’Eddo Hartmann (Pays-Bas) explore une zone isolée du Kazakhstan, jadis site d’un des principaux complexes d’essais nucléaires de l’Union soviétique, en utilisant l’infrarouge pour évoquer l’impact de la contamination par les radiations invisibles à l’œil humain. Dans An Atypical Chinese Landscape (Un paysage chinois atypique), Fan Li (Chine) montre un paysage énigmatique et clairsemé, peuplé de constructions et d’objets abandonnés. Ces fragments délaissés suggèrent des vies passées inconnues qui ont laissé des marques permanentes sur le paysage.

PORTFOLIO

Dans Quest for Coherence (Quête de cohérence) d’Aly Hazzaa (Égypte), le sens du détail et l’approche joueuse de la photographie de rue saisissent des instants spirituels dans les rues du Caire. La série Parenthood (Parentalité) d’Angelika Kollin (Estonie) étudie l’idée de famille comme noyau de la vie, à travers une série de portraits en noir et blanc de parents avec leurs enfants. Dans Portraits and Landscapes (Portraits et paysages), Jorge Mónaco (Argentine) invite l’observateur à se plonger dans les histoires intimes de ses sujets, offrant une perspective méditative sur la diversité humaine.

PORTRAIT

Après de longues recherches dans les archives et un travail avec des généalogistes pour trouver ses modèles, la série Descendants of Black American Civil War Combatants (Descendants de combattants Noirs de la guerre de Sécession) de Drew Gardner (Royaume-Uni) recrée des photos de combattants Noirs de la guerre de Sécession à travers des portraits posés de leurs descendants. Dans Father and son (Père et fils), le photographe Valery Poshtarov (Bulgarie) a demandé à des pères et des fils de Bulgarie, de Géorgie, de Turquie, d’Arménie, de Serbie et de Grèce de se tenir la main. Cet acte de tendresse familiale, petit mais important, crée un portrait intime et émouvant de la masculinité et des relations filiales. Dans The First Car (La première voiture), Adali Schell (États-Unis) fait le portrait de ses amis dans leurs premières voitures, évoquant des idées de voyages partagés, de souvenirs à demi effacés, et la sensation d’agitation de la jeunesse de Los Angeles.

SPORT

Dans Finger Wrestling in Bavaria (Combats de pouces en Bavière), Angelika Jakob (Allemagne) met en avant ce sport méconnu : le combat de pouces. Pleines d’humour et de chaleur, les images de Jakob montrent l’entraînement intensif à l’aide de poids de doigts et l’atmosphère tapageuse des championnats. Dans Kald Sòl (Soleil chaud) de Thomas Meurot (France), nous suivons une expédition de surf glaciale en Islande, le format noir et blanc étant utilisé pour mettre en valeur les températures négatives qui persistaient en hiver même en plein soleil. Parallèlement, Surf in Dakar (Surf à Dakar) de Tommaso Pardini (Italie) observe la scène naissance du surf sénégalais à travers le voyage d’un jeune surfeur prometteur qui cherche à entrer dans les compétitions internationales.

NATURE MORTE

Dans Still Like Art, le photographe Peter Franck (Allemagne) capture une série de compositions et de natures mortes étranges et surréalistes, prises dans un noir et blanc saisissant. Dans London Plane Tree (Le platane), Beth Galton (États-Unis) étudie comment dévoiler notre identité couche par couche en photographiant des bandes d’écorce superposées sur des autoportraits. La série Flora (Flore) de Federico Scarchilli (Italie) met en lumière le rôle vital des plantes en médecine, en juxtaposant des photos d’espèces essentielles au développement de médicaments modernes et des alignements soignés et symétriques de pilules.

ANIMAUX & NATURE

Dans Suspended Worlds (Mondes suspendus), Eva Berler (Grèce) invite le spectateur à regarder de plus près l’univers des toiles d’araignées, où le temps et l’action sont figés, capturant les intrications artistiques et irrégulières de ces créations éphémères. Dans In the Footsteps of Giants (Dans les pas des géants), Jasper Doest (Pays-Bas) révèle le délicat équilibre entre humains et éléphants dans la campagne de Zambie, une trêve instable de plus en plus perturbée alors que les deux populations se disputent des ressources limitées. Dans King Without a Throne: Poached or Dehorned (Un roi sans trône : braconné ou décorné), le photographe Haider Khan (Inde) montre deux rhinocéros en captivité, en Allemagne et en Inde. La série explore la complexité du « décornage » qui, bien qu’aidant les rhinocéros à échapper aux braconniers, les laisse plus vulnérables sans leur système de défense naturel.

Les travaux des photographes finalistes et nominés de la compétition Professional ont été jugés par Elena Navarro, conservatrice, productrice et consultante en photographie, Mexique ; Mutsuko Ota, directrice éditoriale du magazine IMA, Japon ; Elisabeth Sherman, conservatrice senior, directrice des expositions et des collections, International Center of Photography (ICP), États-Unis ; Tanzim Wahab, conservateur, Spore Initiative, Allemagne et directeur du festival, Chobi Mela, Bangladesh ; et Monica Allende, conservatrice indépendante, consultante en photographie et directrice du jury.

Pour toute demande d’informations, veuillez contacter :

Contacts Presse

Hopscotch – Fleur de Roquefeuil – 06.60.37.37.44 – fderoquefeuil-projet@lepublicsysteme.fr

Hopscotch – Célina Da Silva – 01.41.34.23.83 – cdasilva@hopscotch.fr

Sony France – PR Manager : Alice Delaune – 01.55.90.32.41 – alice.delaune@sony.com

CRÉDITS D'IMAGE – (EN COMMENÇANT EN HAUT, DE GAUCHE À DROITE) :

EN COMMENÇANT EN HAUT, DE GAUCHE À DROITE :

© Kathleen Orlinsky, États-Unis, Nominée, compétition Professional, Animaux & Nature, Sony World Photography Awards 2024

© Davide Monteleone, Italie, Finaliste, compétition Professional, Projets documentaires, Sony World Photography Awards 2024

© Adali Schell, États-Unis, Finaliste, compétition Professional, Portrait, Sony World Photography Awards 2024

© Jen Osborne, Canada, Nominée, compétition Professional, Animaux & Nature, Sony World Photography Awards 2024

© Frankie Mills, Royaume-Uni, Nominée, compétition Professional, Projets documentaires, Sony World Photography Awards 2024

© Liang Chen, Chine, Nominé, compétition Professional, Portrait, Sony World Photography Awards 2024

© Jim Fenwick, Royaume-Uni, Finaliste, compétition Professional, Paysage, Sony World Photography Awards 2024

© Owen Harvey, Royaume-Uni, Nominé, compétition Professional, Portrait, Sony World Photography Awards 2024

© Steven Begleiter, États-Unis, Nominé, compétition Professional, Animaux & Nature, Sony World Photography Awards 2024

© Mojtaba Radmanesh, République islamique d’Iran, Nominé, compétition Professional, Portfolio, Sony World Photography Awards 2024

© Eddo Hartmann, Pays-Bas, Finaliste, compétition Professional, Paysage, Sony World Photography Awards 2024

© Jens Juul, Danemark, Nominé, compétition Professional, Projets documentaires, Sony World Photography Awards 2024

© Brent Stirton, Afrique du Sud, Finaliste, compétition Professional, Projets documentaires, Sony World Photography Awards 2024

© Lukas Zeman, République tchèque, Nominé, compétition Professional, Animaux & Nature, Sony World Photography Awards 2024© Jonas Kakó, Allemagne, Nominé, compétition Professional, Environnement, Sony World Photography Awards 2024

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.