matteo bruno observant l’écran lcd de son sony a7m4

Alpha 7 IV | Rome, mon amour

Matteo Bruno

Je m’appelle Matteo Bruno et je viens de Rome, en Italie. Je suis réalisateur de films et ambassadeur Sony. À l’âge de 8 ans, j’ai compris que je préférais voir le monde à travers un objectif. Je raconte des histoires en images, car j’adore capter l’attention du spectateur en manipulant le cadrage et l’éclairage de mes vidéos. Quand j’étais plus jeune, je jouais beaucoup aux Lego, où il faut choisir la brique parfaite pour créer une structure, vous savez ? Je ressens la même émotion lorsque je recherche la configuration parfaite pour mes vidéos.

Quelles ont été vos premières impressions concernant l’Alpha 7 IV ?

C’est une chance incroyable de faire partie des premiers réalisateurs à essayer ce nouvel appareil. J’ai l’impression de visiter l’atelier du Père Noël un mois en avance. Beaucoup de réalisateurs attendent avec impatience ce nouvel outil.

La première fois que je l’ai tenu, ma première intuition a été de lui faire confiance : je pouvais sentir tout le travail investi par les ingénieurs dans sa conception. On ressent la même chose quand on achète une paire de chaussures qui épouse parfaitement la forme de ses pieds. Dès le premier instant où j’ai utilisé cet appareil, l’adepte de Sony qui est en moi s’est senti comme à la maison.

J’apprécie la façon dont l’Alpha 7 IV fonctionne et s’utilise, il me rappelle l’Alpha 7S III et son écran qui s’ouvre sur le côté en s’orientant dans toutes les directions. Néanmoins, la fonctionnalité qui me plaît le plus se cache à l’intérieur : il s’agit de l’enregistrement en 4K 60p et son format 4:2:2 de 10 bits. J’ai également été impressionné par les fonctions innovantes ajoutées pour les vidéastes, comme le choix de mise au point ou la compensation du focus breathing. Le boîtier, la qualité 4K et les nouvelles fonctionnalités ne nécessitent pas d’accessoires supplémentaires, ce qui fait de l’Alpha 7 IV l’appareil parfait pour les jeunes créateurs de contenu vidéo.

matteo bruno cadrant une prise de vue sur son sony a7m4

Quels effets ces nouvelles fonctionnalités vont-elles avoir sur votre style de création de contenu ?

Auparavant, la seule façon de filmer avec l’Alpha 7 III dans des formats adaptés à la post-production était d’utiliser un enregistreur externe. Il fallait aussi une plate-forme d’épaule, une batterie puissante et plusieurs câbles. Avec l’Alpha 7 IV, il est possible de filmer directement en 4:2:2 10 bits, ce qui représente un progrès énorme pour la qualité d’image et permet de se passer d’un enregistreur externe. Je pense que le capteur de 33 Mpx est idéal pour les personnes qui prennent à la fois des photos et des vidéos, car elles peuvent se servir d’un boîtier unique pour réaliser différents projets dans les deux domaines. La mise au point automatique est impressionnante, notamment dans des conditions de luminosité peu favorables, ce qui aide vraiment à suivre le sujet. Cerise sur le gâteau : une petite fonctionnalité permet de contrôler beaucoup plus facilement la position de la mise au point principale, que vous utilisiez le mode automatique ou manuel.

matteo bruno observant l’écran lcd de son sony a7m4

L’Alpha 7 IV entend redéfinir les attentes des amateurs de photographie et des créateurs de contenu vidéo. Pensez-vous que cet objectif est atteint ?

On me demande souvent : « Quel appareil devrais-je acheter pour commencer à réaliser des films ? » Ce à quoi j’ai toujours du mal à répondre. L’Alpha 7 III était presque parfait, donc je le recommandais souvent, mais l’Alpha 7 IV est encore meilleur, presque comme un Alpha 1 miniature. J’utilise principalement le modèle FX3 pour mes projets professionnels, mais je vais dorénavant le seconder de l’Alpha 7 IV, et faire de ce dernier mon outil principal pour mes projets B-roll. Quand on possède le matériel parfait dans lequel on place une confiance sans faille, on ne se soucie plus des considérations techniques. On peut faire ce qui nous chante en sachant que l’appareil va suivre le rythme. Il faut passer par cette étape pour libérer la création, et je pense que l’Alpha 7 IV répond tout à fait à cette exigence.

matteo bruno cadrant une prise de vue d’un homme au grand chapeau

Les objectifs et les accessoires représentent également des piliers de la création de contenu vidéo. Lesquels avez-vous utilisés au cours de votre premier essai, et pourquoi ?

J’ai essayé l’Alpha 7 IV avec mes objectifs préférés, le FE 24-105 mm f/4 G OSS, le FE 20 mm f/1.8 G et le FE 16-35 mm f/2.8 GM. Parmi les fonctionnalités les plus impressionnantes figure la compensation du focus breathing. Il s’agit d’un progrès notoire, surtout pour le modèle FE 16-35 mm f/2.8 GM qui souffre de cet effet de respiration. Mon style de vidéos m’amène à utiliser des objectifs rapides, afin de contrôler la luminosité. Mon installation standard comporte une cage, une plate-forme d’épaule, un moniteur externe et une batterie de rechange. Grâce à la cage, je peux ajouter plusieurs accessoires et changer rapidement de configuration. Toutefois, pour ce test, j’ai décidé d’essayer l’Alpha 7 IV sans aucun accessoire externe, mis à part des filtres ND. Je voulais revenir aux sources et me mettre dans la peau d’un créateur débutant. Je me suis beaucoup amusé, et j’ai pu compter sur la stabilisation d’image intégrée (IBIS) qui a parfaitement fonctionné.

matteo bruno accroupi pour cadrer une prise de vue sur son sony alpha

Avez-vous des conseils pour les photographes et les créateurs de contenu en devenir qui admirent votre carrière et votre travail ?

Quand on apprend à jouer d’un instrument, on apprend d’abord à jouer des morceaux connus. Je conseille donc aux créateurs de contenu vidéo qui se lancent de commencer par reproduire les grandes vidéos. Si vous aimez la façon dont un film présente la lumière, essayez de reproduire ce style vous-même. Vous familiariser avec des effets connus incite votre esprit à générer de nouvelles idées, ce qui aboutit à des images marquées de votre touche personnelle. Ma conception de la réalisation peut paraître simple, mais je m’efforce de conter des histoires telles que je voudrais les voir si j’étais le public. Analysez le travail des réalisateurs de talent pour essayer de reproduire leur style. Vous verrez que vos propres idées vont commencer à germer, après quoi vous pourrez raconter des histoires à votre manière.

matteo bruno levant les yeux pendant qu’il cadre une prise de vue sur son sony a7m4

Un dernier mot ou un ultime conseil pour nos lecteurs ?

Pendant le traitement des séquences que j’ai prises avec l’Alpha 7 IV, j’ai été surpris par la qualité d’image qui était égale à celle de l’Alpha 7S III. Certes, je les ai tournées sous de bonnes conditions de luminosité et à une sensibilité ISO native, mais tout de même ! La technologie évolue très rapidement ; je suis abasourdi par le fait qu’un appareil photo comme l’Alpha 7 IV, pourtant accessible à davantage de créateurs, puisse fournir une telle qualité d’image.

Matteo Bruno

Matteo Bruno | Italy

Je fais le plus beau métier du monde : conter des histoires en images ne cessera jamais de me fasciner.

Articles connexes