mathias kniepeiss tenant un sony alpha 1 couplé à l’objectif fe 24-70 mm mk2

Footvolley | Le nouveau FE 24-70 mm f/2.8 GM II mis à l’épreuve

Mathias Kniepeiss

Photographe primé, Mathias a converti sa passion en profession il y a 18 ans. Aujourd’hui, il travaille aux quatre coins du globe en tant que photographe, directeur créatif et maître de conférences. Ce qui l’anime, c’est de « s’imprégner d’autres univers et cultures », nous explique-t-il. « Rencontrer de nouvelles personnes et découvrir des endroits incroyables partout dans le monde est le plus beau cadeau qui m’ait été donné de recevoir, et je suis très reconnaissant et chanceux de pouvoir vivre de ce que j’aime ! »

Lorsque nous lui avons proposé de tester le nouvel objectif FE 24-70 mm f/2.8 GM II, Mathias a sauté sur l’occasion, alors que comme un délicieux hasard, il avait déjà la mission parfaite : la Coupe du monde de footvolley de la mer Rouge à Eilat, Tel Aviv.

Quelle a été votre toute première impression concernant cet objectif ?

En tenant l’objectif pour la première fois, j’ai été immédiatement frappé par la qualité de fabrication et ce sentiment d’avoir affaire à un produit d’excellence. Il est sensiblement plus petit que la version précédente et aussi un peu plus léger : deux énormes avantages pour moi. Je voyage énormément dans le cadre de mon travail et quand j’ai à cumuler les boîtiers et les objectifs dans mes bagages, j’apprécie le moindre gain de poids.

J’ai tout particulièrement apprécié la bague de zoom. Une fois bien réglée, l’absence totale de décalage m’a presque donné la sensation d’utiliser une focale fixe. Lorsqu’on opte pour le réglage le plus lâche, on se retrouve par contre avec un mécanisme très fluide qui permet de passer très rapidement d’une focale à l’autre. Sans cette réactivité, je n’aurais jamais pu obtenir tous ces clichés d’action. La bague d’ouverture manuelle devrait particulièrement plaire aux vidéastes, ou aux puristes.

joueur de footvolley s’étirant pour atteindre le ballon avec le pied

© Mathias Kniepeiss | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM II | 1/2500s @ f/2.8, ISO 100

L’équilibre entre ce nouvel objectif et mes boîtiers Alpha 1 et 9 II a également été nettement amélioré. Un objectif plus lourd peut parfois entraîner une sensation de contrepoids sur l’avant, ce qui empêche de réagir rapidement quand on suit une action.

Qu’avez-vous pensé de la vitesse d’autofocus de ce nouveau modèle par rapport à celle de la version MK1 ?

Nettement plus rapide, la nouvelle mise au point multiplie les possibilités et libère la créativité. Pouvoir « capturer » mes sujets plus tôt tout en étant assuré de la fiabilité du suivi AF a complètement transformé mon approche. J’ai découvert que je pouvais changer très rapidement d’angle de prise de vue et de longueur focale au cours d’une série de clichés, ce qui représente pour moi tout un monde de nouvelles opportunités à exploiter. J’ai commencé par tester l’objectif sur mon fidèle Alpha 9 II. Lorsque je l’ai passé sur l’Alpha 1, j’avais hâte de voir s’il pourrait suivre la cadence de 30 images/s qu’offre ce boîtier… Je n’ai finalement rencontré aucun problème. Il est presque trop rapide pour l’œil humain.

deux joueurs de footvolley touchant le ballon du pied par-dessus le filet

© Mathias Kniepeiss | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM II | 1/8000s @ f/2.8, ISO 200

Sur cet objectif, l’effet de focus breathing a été savamment supprimé, l’avez-vous remarqué ?

Pour être honnête, je n’y avais pas du tout prêté attention au début. Mais, en faisant passer la mise au point du premier plan immédiat à l’arrière-plan, j’ai pu constater que le cadrage ne bougeait pas du tout. C’est comme si le focus breathing avait totalement disparu.

deux joueurs de footvolley tentant d’atteindre le ballon au crépuscule

© Mathias Kniepeiss | Sony α1 + FE 24-70mm f/2.8 GM II | 1/1000s @ f/4.0, ISO 640

Une dernière impression dont vous aimeriez nous faire part ?

Cet objectif est une véritable merveille, d’autant plus qu’il s’agit d’une focale polyvalente. La qualité d’image est époustouflante, le bokeh est extrêmement lisse à 70 mm et la netteté des bords à 24 mm est bien meilleure que ce à quoi je m’attendais.

Je suis fan des objectifs Sony depuis l’achat de mon premier Alpha, il y a plusieurs années. Je considère que la différence entre un bon cliché et une image incroyable réside dans la qualité du bokeh de l’objectif utilisé, et mes optiques Sony ne m’ont jamais déçu à cet égard. Le nouveau G Master Mk II reste dans la même lignée. Même avec le capteur haute résolution de l’Alpha 1, cet objectif est plus que capable d’aborder les détails même les plus fins. Je sais que, quelles que soient les fonctionnalités qui font leur apparition avec les nouvelles générations d’appareils, je n’aurai jamais à me soucier des performances et de la compatibilité de mes objectifs.

Produits présentés

Mathias Kniepeiss

Mathias Kniepeiss | Austria

« En photographie, rien n’est impossible, qu’il s’agisse de rendre des évènements éternels ou de créer de nouveaux univers. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.