Mise au point de l’image

Tomasz Tomaszewski | Les enfants de Katmandou

Pour moi, le Népal est un lieu spirituel, mais aussi très agité, où la vie bat son plein. En avril 2021, tout s’était métamorphosé. Mon métier de photographe m’incite à immortaliser les individus et les émotions ; or, à ce moment-là, tout le monde portait un masque et le silence régnait dans les rues. Les émotions restaient cachées.

Sur la place qui fait face au temple de Dattatreya, à Bhaktapur, je suis tombé sur ces enfants en train de jouer. On aurait dit qu’ils étaient les seules personnes à ne pas se soucier de l’épidémie de Covid-19. Aucun d’eux ne portait de masque, ce qui laissait voir les émotions sur leurs visages.

groupe d’enfants jouant sur une remorque à Katmandou

© Tomasz Tomaszewski | Sony α9 + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/250s @ f/5.6, ISO 160

Ils s’amusaient sur cet immense char utilisé pendant le festival de Bisket Jakra, qui célèbre le Nouvel An du calendrier solaire. Les chars, appelés « ratha », sont tirés par des hommes à l’aide de grosses cordes.

Bien entendu, les enfants n’ont pas la force de faire de même, mais ils jouaient à reproduire ce qu’ils avaient vu faire. J’ai été captivé par leur énergie et leur karma positif, d’où mon envie de capturer ce moment sans indiquer ma présence. Aucun des enfants ne me regardait ou n’essayait de prendre sa plus belle pose, trop occupés qu’ils étaient à s’amuser et à faire les fous.

La météo était également au rendez-vous. Une tempête allait s’abattre sur cette partie de la ville, générant une sublime lumière dramatique.

Lorsque je travaille dans des situations dynamiques comme celle-ci, j’utilise mon Sony Alpha 9 et mon objectif FE 24-70 mm f/2.8 GM. Cette combinaison fait des merveilles dans ce genre de contexte. Je peux m’appuyer sur le capteur pour obtenir la meilleure qualité d’image possible, tandis que le système de mesure multiple produit à coup sûr des résultats presque parfaits. De plus, l’objectif offre une netteté incroyable, ce qui m’a motivé, entre autres, à présenter cette photo en noir et blanc. Il arrive que les couleurs s’avèrent trop parfaites et révèlent trop d’informations, étouffant ainsi l’imagination du public. Ici, le cliché conserve tous ses secrets et son caractère mystérieux.

Ce qui me plait le plus dans cette image, c’est l’optimisme qui en ressort. Les enfants se contentent d’être eux-mêmes. On peut regarder la photo de près, car elle contient beaucoup d’éléments et montre presque chaque enfant. Ils possèdent tous leur personnalité propre, qu’ils aient tendance à être plus bruyants, plus drôles ou plus dynamiques. Je pense qu’il s’agit là d’un moment unique.

J’ai suivi des études de physique, ce qui explique ma difficulté à vraiment comprendre la réalité, voire à croire en l’existence même. C’est pour cette raison que je reste toujours à l’affût d’images qui immortalisent des instants fantastiques tels que celui-ci, où les informations semblent si limpides alors que le sens, lui, nous échappe.

Tomasz Tomaszewski

Tomasz Tomaszewski | Poland

« Ce qui m’intéresse en photographie, ce n’est pas le sujet de la photo en lui-même, mais plutôt les questions que celle-ci peut soulever. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.