Mise au point de l’image

Brendan de Clercq | Steven Oprinsen

Voici Steven Oprinsen, un célèbre peintre néerlandais maîtrisant la technique mixte. Malgré l’immense succès qu’il a rencontré dans son domaine, il a aussi traversé un certain nombre d’épreuves. Sa vie, digne d’une rockstar, a été marquée par le deuil et l’a même amené à vivre dans la rue pendant quelque temps. Mais il en fallait plus pour vaincre Steven, qui s’est battu pour s’en sortir et revenir au sommet.

Steven et moi sommes, ou plutôt étions amis, jusqu’à ce qu’il décède soudainement d’une crise cardiaque en novembre 2020. C’est en partie pour cela que ce portrait s’élève pour moi au-dessus de tous les autres.

Quand je regarde cette image, je vois tout : ses combats, mais aussi sa fierté d’avoir tant accompli en une vie. C’est une photo très riche.

portrait de steven oprinsen portant une chemise à carreaux

© Brendan de Clercq | Sony α7R III

Je l’ai prise avec mon Sony Alpha 7R III, ainsi qu’avec un objectif équipé d’un adaptateur à bascule et décentrement. D’ordinaire, ce type d’accessoire est utilisé pour assurer la rectitude des lignes verticales, notamment en architecture ou en photographie commerciale, mais ici, je m’en suis servi pour modifier la profondeur de champ de mon image.

Steven m’a toujours paru très mystérieux. Quand on lui parlait, on ne pouvait s’empêcher de se demander après coup ce qui avait bien pu lui arriver. Son personnage était très complexe, donc j’ai voulu recréer cette impression dans ma photo. J’ai utilisé l’adaptateur à bascule et décentrement pour ne mettre au point que ses yeux et son visage, en laissant le reste de son corps flou pour obtenir cette profondeur de champ mystérieuse et inhabituelle. Tout le travail s’est fait directement via l’appareil, sans passer ensuite par Photoshop ou un quelconque logiciel d’édition.

J’ai l’habitude de prendre mes clichés à l’aide du viseur électronique, mais dans ce cas précis, il était impossible d’avoir recours à l’excellente mise au point automatique Eye AF, idéale pour les portraits. Cette fonctionnalité est l’une des meilleures inventions récentes. Toutefois, l’adaptateur m’a obligé à procéder manuellement. J’ai utilisé le focus peaking et l’écran arrière pour obtenir exactement la mise au point que je voulais et placer la profondeur de champ uniquement sur les yeux de Steven.

L’image finale représente selon moi le vrai Steven Oprinsen. Sa vulnérabilité ressort vraiment du portrait. En temps normal, il plaisantait beaucoup et se protégeait derrière une carapace qui ne se brisait jamais complètement, pour qui que ce soit. Mais dans cette photo, notre connexion était telle que je suis parvenu à faire tomber le masque et à franchir ses défenses.

C’est de là que vient ma fierté d’être photographe portraitiste. Les modèles me laissent entrer dans leur vie et voir leur véritable personnalité pour obtenir ce genre de portraits.

Produits présentés

Brendan de Clercq

Brendan de Clercq | Netherlands

« Un jour, je saisirai le plus parfait des portraits. Un portrait qui transmettra l’émotion dans toute sa splendeur. Voilà pourquoi je m’efforce de perfectionner mes clichés jour après jour. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.