Mise au point de l’image

Davide Monteleone | Sandarmokh

Derrière sa beauté paisible, cette image de la forêt russe de Sandarmokh, en Carélie, cache un passé dramatique. D’abord publiée au sein d’une série de clichés dans le New York Times, elle contribue à présenter la forêt dans laquelle s’est tenu un grand nombre d’atrocités.

J’ai pris cette photo en fin de journée, au moment où la lumière du soleil couchant se déversait entre les arbres. J’ai travaillé à main levée avec le Sony Alpha 7R IV et l’objectif FE 24-70 mm f/4 ZA OSS, dont j’ai réduit l’ouverture tout en réglant la sensibilité sur la valeur la plus basse possible. Mon but était d’assurer une profondeur de champ correcte sans perdre en netteté au niveau des arbres et de la texture de la neige. La lumière qui passait entre les branches m’a également poussé à utiliser une vitesse d’obturation élevée. Quoi qu’il en soit, j’ai pu obtenir une image presque parfaitement nette.

rayons de soleil filtrant à travers les arbres d’une forêt

© Davide Monteleone | Sony α7R IV + FE 24-70mm f/4 ZA OSS | 1/6s @ f/7.1, ISO 125

La photo constitue également une œuvre artistique très appréciée de plusieurs galeries, comme la Galleria Valeria Bella. Encore une fois, les performances offertes par le capteur de l’Alpha 7R IV m’ont permis d’imprimer des copies de 1,5 mètre dans une qualité irréprochable. Il s’agit là du grand avantage d’un appareil photo hybride léger et de petite taille, dont la stabilisation d’image fonctionne aussi bien sur l’appareil que sur l’objectif.

L’ambiguïté des images fait partie intégrante de mon récit et de mon style de photographie en général. Je suis convaincu qu’aucun cliché ne fonctionne seul, et faire en sorte de toujours articuler de plusieurs façons les multiples facettes et les différents niveaux de la narration est nécessaire. Il me semble essentiel de trouver le langage et l’esthétique qui vont suffisamment piquer la curiosité du spectateur pour qu’il recherche l’histoire derrière l’image. Je suis fasciné par les informations qui se cachent sous la surface.

Une grande partie de mon travail est en lien avec l’invisibilité, ce qui peut sembler contradictoire pour quelqu’un qui manipule des images. En réalité, j’y vois l’un des défis les plus intéressants de la narration : tenter de trouver l’esthétique et les solutions conceptuelles qui aident à transmettre des messages complexes et à nourrir des réflexions plus profondes.

Davide Monteleone

Davide Monteleone | Italy

« Je viens du monde de la photographie documentaire, mais ce qui m’intéresse, c’est de susciter la curiosité plutôt que de fournir des informations. Ce qui parle le plus, ce n’est pas la photo, mais plutôt l’histoire qui se cache derrière. Le cadre est juste une fenêtre émotionnelle. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.