Mise au point de l’image

Justin Jin | La glace du Baïkal

J’étais emporté par l’enthousiasme et la peur. Je devais me faufiler sous ce morceau de glace, qui menaçait de s’effondrer à tout moment, pour prendre cette photo.

Nous nous trouvions au milieu du lac Baïkal, en plein cœur de la Sibérie à la fin du mois de mars. Je rampais sur une épaisseur gelée de deux mètres à la surface du lac le plus profond et au plus grand volume d’eau au monde, rien que pour capturer cet énorme morceau de glace étincelant qui pendait d’une falaise. J’ignore combien de tonnes il pesait, mais je savais qu’il allait se détacher d’ici les semaines à venir, ce qui ne m’a pas empêché de me placer en dessous.

J’ai utilisé mon Sony Alpha 7R II et l’objectif FE 24-70 mm f/2.8 G Master, en réduisant l’ouverture à f/20 pour pouvoir obtenir une grande profondeur de champ qui laisse voir le paysage en arrière-plan de la glace. Avec quelques amis, nous avions passé la journée à conduire et à explorer le lac, à la recherche de ce type de formation. Je l’ai trouvée au moment où le soleil allait se coucher.

grande plateforme glaciaire suspendue au-dessus d’un lac gelé

© Justin Jin | Sony α7R II + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/40s @ f/20, ISO 400

Si j’ai choisi le FE 24-70 mm f/2.8 G Master, c’est parce que je voulais éviter de changer d’objectif dans ces conditions glaciales. Si on ne fait pas attention et qu’on effectue un changement dans un véhicule où il fait plus chaud, de la buée peut se créer, puis geler à l’intérieur de l’appareil quand celui-ci refroidit. Dans des conditions de froid extrême, je veille donc à n’utiliser qu’un seul objectif, d’où mon choix d’un modèle qui m’offre une qualité optimale.

Il a fallu que je positionne l’appareil photo très bas pour prendre ce cliché. Il était plus ou moins posé sur le sol glacé. Sans l’écran arrière qui m’a sauvé la vie, j’aurais été contraint de m’allonger tout entier par terre alors que mon nez et mes doigts me faisaient déjà mal tant ils étaient froids. Il n’aurait pas été très prudent de mettre mon visage et mes coudes en contact avec la glace pour regarder dans le viseur.

Beaucoup de mes images montrent des individus et racontent des histoires sur la société et l’environnement. En revanche, je trouve que cette photo-ci en dit très long sur les dynamiques de la vie même. On peut y voir l’histoire de l’eau à travers un morceau de glace. Le lac Baïkal représente 20 % de l’eau douce présente sur Terre ; une réserve aujourd’hui menacée par l’exploitation forestière des environs, mais aussi par l’érosion du sol, la pollution, l’industrialisation et le tourisme.

L’appareil photo et l’objectif m’ont permis d’immortaliser les nuances de la glace. Bien que ce ne soit qu’un simple bloc d’eau uniforme, il diffuse différentes formes et couleurs. Ce degré de pureté requiert un excellent objectif qui l’aide à briller.

Ce morceau de glace cristallin représente ce que la nature est capable de produire quand on la laisse tranquille.

Justin Jin

Justin Jin | Belgium

« Avec leur obturateur silencieux, leur boîtier réduit et leur formidable qualité d’image, mes appareils Sony alpha me permettent d’aborder la photo d’une toute nouvelle façon ».

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.