Mise au point de l’image

Kaupo Kikkas | Le Grand jury

Cette photo était à l’origine l’un de mes rêves, qui consistait à suivre l’itinéraire emprunté par Ansel Adams lorsqu’il a pris une partie de ses photos mythiques. Je voulais reproduire ces paysages selon ma propre interprétation. Au bout de huit ans, ce rêve s’est transformé en projet à long terme, que j’ai appelé « Ansel » et dont l’aboutissement a pris la forme d’une exposition de mes images préférées.

Au fur et à mesure, ce projet s’est éloigné de mon idée première, qui était plutôt simple. Il est devenu bien plus introspectif, personnel et sombre, mais j’ai toujours conservé un respect absolu pour la nature et la photographie, comme si l’esprit d’Ansel Adams était à mes côtés.

homme nu se tenant sur de la roche dans le désert

© Kaupo Kikkas | Sony α7R III + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/400s @ f/11, ISO 640

Cette image-ci s’intitule Le Grand jury. Il s’agit d’un autoportrait que j’ai réalisé au Nouveau-Mexique à l’aide du Sony Alpha 7R III et de l’objectif FE 24-70 mm f/2.8 GM. Lorsque je mets au point une exposition de mon travail, et en particulier quand j’y inclus de tels paysages époustouflants, la quantité de détails et la netteté revêtent une importance capitale pour pouvoir imprimer une photo assez grande pour être exposée. Cela vaut d’autant plus pour les photos de haute qualité en noir et blanc, dont le fichier RAW doit contenir toute la gamme dynamique et les détails nécessaires à l’édition de l’image. En effet, cette étape dégrade facilement la qualité d’un cliché, surtout s’il s’agit d’un monochrome à fort contraste. Sachant cela, le capteur du Sony A7R III est un véritable bijou. Je sais que je dispose de tous les détails et de la gamme dynamique nécessaires pour éditer mes photos à ma guise, de la même manière qu’Ansel Adams passait des heures en chambre noire à créer ses images.

Il est possible d’aborder ce cliché de différentes façons, car il fait référence à plusieurs métaphores et mythes. D’un point de vue esthétique, il me rappelle les gravures sur bois de Dürer, voire le style de peinture de Jérôme Bosch. Pour moi, cette photo prouve à elle seule que l’art de la photographie peut s’élever à un niveau métaphysique, et qu’il existe plus d’une manière de voir et d’interpréter les images. On se concentre trop sur l’ouverture, l’objectif et l’édition, tandis que l’on oublie souvent l’élément central : notre imagination.

Kaupo Kikkas

Kaupo Kikkas | Estonia

« Travaillez dur et soyez passionné par ce que vous faites, le reste suivra »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.