Mise au point de l’image

Tomasz Markowski | Collision

Cette image nous conte une histoire dramatique. Nous sommes sur la première étape du Tour de Pologne, le cycliste néerlandais Dylan Groenewegen chute quelques mètres avant la ligne d’arrivée après avoir percuté son compatriote Fabio Jakobsen. L’émotion se lit sur tous les visages. On perçoit l’impact, la force et la dynamique du cyclisme, en ne voyant pourtant aucune blessure.

groupe de cyclistes s’écrasant contre des barrières durant une course

© Tomasz Markowski | Sony α9 + FE 100-400mm f/4.5-5.6 GM OSS | 1/3200s @ f/6.3, ISO 1250

Comme d’habitude, nous étions tout un groupe de photographes à s’être aligné près de la ligne d’arrivée. Tous attendions avec impatience la fin de la course. Mon boîtier Sony Alpha 9 associé à l’objectif FE 100-400 mm G Master en main, j’étais prêt à capturer les démonstrations de joie habituelles du vainqueur.

Lorsque je couvre un événement cycliste, je me déplace en moto pour rallier les différents points de la course. Il m’est donc primordial de disposer d’un appareil photo léger et de ne pas m’encombrer de trop de matériel. En ce sens, le Sony Alpha 9 et l’objectif FE 100-400mm G Master sont parfaits pour moi. En plus d’une qualité d’image excellente, leur poids et leur taille sont idéaux pour couvrir les courses cyclistes où tout s’enchaîne rapidement, comme sur le Tour de Pologne.

Alors que les coureurs s’approchaient de la ligne d’arrivée, Groenewegen a dévié de sa trajectoire pour se diriger vers la barrière de droite, laissant peu de place à Jakobsen qui l’a envoyé s’écraser sur la barricade. Les deux hommes se disputaient la première place, lancés à une vitesse d’environ 80 kilomètres par heure.

En l’absence de spectateurs et d’acclamations pour cause des restrictions liées au Covid-19, nous avons entendu le rugissement des vélos se déchirant contre les barrières en métal et le fracas de leur collision. S’en est suivi un silence terrifiant. Les heures suivantes ont été décisives pour la vie de Fabio Jakobsen. Souffrant de multiples blessures, il a dû subir une opération de cinq heures avant d’être placé pendant une semaine en soins intensifs. Groenewegen s’en est lui sorti avec la clavicule cassée.

Fort heureusement, Fabio et Dylan ont aujourd’hui rejoint le peloton et repris la compétition. En ce qui me concerne, cette photo m’a valu la troisième place au concours World Press Photo de cette année. Ce cliché illustre à quel point le photographe de sport doit être à l’affût et prêt à capturer la moindre action en une fraction de seconde. Les choses peuvent changer si rapidement, qu’il nous est essentiel de disposer d’appareils et d’objectifs qui nous permettent de photographier ces moments fugaces.

Tomasz Markowski

Tomasz Markowski | Poland

« Rends visible ce qui, sans toi, n’aurait probablement jamais été vu. » - Robert Bresson

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.