Mise au point de l’image

Andrea Frazetta | Pêcheurs de l’île de Stromboli

Les pêcheurs de l’île de Stromboli, longtemps reconnus comme des figures majeures de leur communauté, ne sont guère plus d’une dizaine aujourd’hui. Toujours aussi durs à la tâche, ils sont les précieux gardiens du temple d’une culture ancestrale.

Stromboli est l’une des sept îles volcaniques de l’archipel Éolien au nord de la Sicile. Son volcan, surnommé le « phare de la Méditerranée » en raison de ses éruptions régulières visibles de très loin la nuit, culmine à un peu plus de 920 mètres et se prolonge jusqu’à 2 000 mètres sous le niveau de la mer. Considéré comme l’un des volcans les plus actifs de la planète, il n’a pratiquement jamais cessé de déverser ses coulées de lave depuis presque 2 500 ans.

Ce cliché, issue d’une série de photos publiées dans un article du magazine National Geographic au sujet de l’île de Stromboli, montre l’un des pêcheurs les plus connus de l’île en train de récupérer un filet de pêche de son embarcation, après une longue nuit en mer.

pêcheur de l’île de stromboli tirant un filet de pêche de son embarcation

© Andrea Frazetta | Sony α7R III + FE 16-35mm f/2.8 GM | 1/2500s @ f/3.2, ISO 100

J’ai eu l’occasion de visiter plusieurs fois l’île tout au long de ce projet et j’ai tout de suite su que les pêcheurs en seraient les protagonistes. La veille de la prise de vue, je me suis rendu sur le petit port pour leur demander s’ils acceptaient que je les prenne en photo et quand ils reviendraient de la pêche. Le retour des bateaux à l’aube reste l’un des moments forts sur cette île et je ne l’aurais manqué pour rien au monde.

J’ai pris cette image avec l’Alpha 7R III et mon objectif préféré : le FE 16-35mm f/2.8 GM. Pour obtenir les prises de vue voulues pour mon documentaire, je devais être relativement proche du sujet pour mieux m’en imprégner. L’objectif 16-35mm était tout indiqué pour cela. J’aime montrer le lien qui existe entre l’Homme et son environnement, et un grand angle m’offrait justement le moyen de placer le sujet au cœur de l’action.

J’ai légèrement surexposé l’image pour atteindre le niveau de détail voulu dans les ombres qui se projettent sur le visage du pêcheur. J’ai choisi une sensibilité ISO 100 pour obtenir la meilleure qualité possible du capteur haute résolution de mon Alpha 7R III. J’ai aussi opté pour une faible profondeur de champ afin de créer un flou d’arrière-plan et mettre l’accent sur les mains et les actions du pêcheur. Pour parvenir au résultat recherché, j’ai ouvert l’objectif à f/3.2 à une vitesse de résolution de 1/2500 secondes de façon à figer les mouvements à l’arrière-plan.

Les fonctions de mise au point automatique continue et de détection des visages sur l’Alpha 7R III ont été d’une efficacité redoutable. Elles m’ont permis de me concentrer sur les faits et gestes du pêcheur, tout en sachant que l’autofocus de l’appareil conserverait une mise au point optimale sur le visage.

En regardant à travers le viseur, j’ai compris instantanément que cette image servirait l’histoire de ces hommes. Le magnifique lever de soleil sur la mer, l’impression d’isolement, tout comme la force et la fluidité qui se dégagent des gestes du pêcheur, contribuent incontestablement au pouvoir narratif de cette photo. Je peux remercier mon équipement Sony pour cela !

Andrea Frazzetta

Andrea Frazzetta | Italy

« Pour moi, la photographie est l’outil d’exploration idéal. Un moyen de découvrir le monde, les autres et de me connaitre moi-même. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.