Mise au point de l’image

Luigi Baldelli | Premier jour de confinement

C’était le 9 mars 2020, le premier jour du confinement en Italie en raison de la pandémie de Covid-19. Accompagné de mon Sony Alpha 7R III et de son objectif FE 28 mm f/2, je parcourais les rues d’ordinaire bondées de Milan afin de documenter cet événement historique et les réactions qu’il provoquait à travers des images de reportage. Je me souviens des nuages et de la fraîcheur de cette journée, qui reflétaient à l’identique les émotions des habitants et l’incertitude de l’avenir.

Tout à coup, une femme s’est approchée. Elle portait un masque et des gants, une vision encore peu banale à l’époque. Elle levait les bras et couvrait ses yeux de ses mains, comme si elle tentait de se protéger. C’était vraiment un moment irréel, à l’image de l’atmosphère qui régnait dans le pays : personne ne savait rien.

femme portant un masque de protection et cachant son visage au photographe

© Luigi Baldelli | Sony α7R III + FE 28mm f/2 | 1/50s @ f/8.0, ISO 125

Lorsque je prends des photos de reportage comme celle-ci, j’ai besoin d’aller vite et de rester discret. J’y arrive sans problème grâce à la combinaison de l’Alpha 7R III et de l’objectif Sony FE 28 mm f/2. Ce dernier est assez large pour capturer une grande partie de la scène et donner vie à l’histoire, tandis que la petite taille de l’appareil et l’objectif fixe me permettent de réagir vite à la moindre occasion. La qualité des images vient de la netteté de l’objectif ainsi que de la haute résolution et de la gamme dynamique offertes par le capteur d’image de l’appareil. Je peux même obtenir des clichés détaillés dans des zones sombres.

J’ai pris cette photo à l’aide du contrôle manuel de l’exposition afin de maîtriser totalement la lumière sous la grisaille de ce jour. La vitesse d’obturation lente, à seulement 1/50 s, m’a permis de suivre l’avancée de cette femme de manière nette, tout en créant un léger effet de flou en arrière-plan. C’est de là que vient la tension de l’image.

Pour moi, cette photo fait office de rappel quant à la peur et à l’incertitude qui dominaient le monde au début de ce confinement. Le virus du Covid-19 était inconnu, tout comme les moyens de nous en protéger, ce qui nous effrayait. Notre société s’en est trouvée changée et les effets qui en découlent perdurent encore aujourd’hui, plus d’un an et demi plus tard.

Luigi Baldelli

Luigi Baldelli | Italy

« Pour moi, le photographe n’est pas là pour apporter des réponses, mais bel et bien pour éveiller des émotions et soulever des questions. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.