Mise au point de l’image

Maaike Ronhaar | Jevin de Groot et « Temple Fang »

J’ai su tout de suite que ce cliché allait être réussi. Mon instinct ne se trompe jamais lorsque je capture un moment exceptionnel. La photo montre Jevin de Groot, l’un des deux guitaristes de Temple Fang, un groupe que je suis en tant que photographe documentaire depuis sa création. Cette fois-là, c’était la première fois que je les accompagnais en dehors des frontières, pour nous rendre des Pays-Bas en Allemagne.

Ils jouaient au festival Umsonst & Drinnen de Lohr am Main, pendant un week-end fantastique. La scène, énorme, accueillait plusieurs groupes très doués. On était en mai 2019 et personne ne se souciait ni ne se doutait des surprises qu’allait apporter l’année suivante.

guitariste sur scène jouant les yeux fermés

© Maaike Ronhaar | Sony α7R III + FE 24-70mm f/2.8 GM | 1/160s @ f/3.5, ISO 2500

Jevin est un guitariste incroyable, qui bouge son corps dans tous les sens quand il joue. J’ai toujours peur de regarder l’arrière de l’appareil photo, car les représentations vont si vite que je ne veux surtout pas manquer un seul moment de sa performance ou de celle du groupe. Si cette image est si spéciale, c’est aussi grâce à sa profondeur de champ. Le visage de l’artiste apparaît net, mais le reste du cliché présente un léger flou. Il s’agissait du moment parfait, aidé par une touche de chance. Ce n’est jamais facile de photographier des concerts, dont les lumières sont imprévisibles et peuvent changer en un instant.

J’utilise toujours les mêmes paramètres de base sur mon Sony Alpha 7R III : une vitesse d’obturation de 1/160 ou 1/200 s, ainsi qu’une ouverture très large, en général de f/2.8 ou f/3.5 avec mon objectif FE 24-70 mm f/2.8 G Master. Ce modèle est mon premier choix, car il fonctionne en toute situation, surtout en concert ou en photographie documentaire. Si je l’associe au capteur de 42 mégapixels de l’Alpha 7R III, j’obtiens une flexibilité énorme lors de la prise de vue et de l’édition.

Quand je prends des photos, je m’appuie plus sur mon intuition que sur ma position ou sur l’aspect de la composition, afin de ressentir les émotions du moment. Jevin m’a confié que mes clichés représentent un catalyseur pour le groupe en reflétant la manière dont ils vivent leur musique. Notre collaboration fonctionne à merveille. Les images montrent l’atmosphère du groupe, mais aussi le public et l’énergie qu’il apporte. C’est cette énergie que j’essaie de capturer.

Après le spectacle, au moment de parcourir les photos devant mon ordinateur, mon cœur s’est mis à accélérer. J’étais si heureuse d’avoir réussi ce cliché, qui transmettait tout. L’ensemble est parfait.

Maaike Ronhaar

Maaike Ronhaar | Netherlands

« À travers mes images, je souhaite ressentir la magie de la musique et présenter les artistes qui en sont à l’origine. »

Articles connexes

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter α Universe

Félicitations, votre inscription à la newsletter α Universe a été validée.

Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Malheureusement, une erreur est survenue.

Félicitations, votre inscription a été validée.